1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : pour Hamon, voter Macron est "difficile" mais "évident"
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : pour Hamon, voter Macron est "difficile" mais "évident"

Dans une tribune publiée dans le quotidien "Le Monde", le candidat socialiste du premier tour de la présidentielle annonce qu'il votera pour Emmanuel Macron à contrecœur, mais sans hésiter.

Benoît Hamon le 23 avril à Trappes
Benoît Hamon le 23 avril à Trappes
Crédit : AFP
Christophe Guirard

Arrivé en cinquième position du premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril avec un peu plus de 6% des suffrages, Benoît Hamon avait fait part le soir même de sa grande déception et appelait à faire barrage à tout prix à Marine Le Pen en votant pour Emmanuel Macron. Dans une tribune publiée dans Le Monde mercredi 3 mai, l'ancien ministre de l'Éducation revient sur "les heures exceptionnellement graves que connaît notre pays". "Je sais que beaucoup d'entre vous, en particulier à gauche, sont plongés dans un doute sincère, auquel s'ajoute une colère légitime", écrit-il.

Souhaitant faire appel "à la raison, à l'intelligence collective et à la conscience individuelle" des Français, il expose les raisons pour lesquels il faut selon lui mettre de côté ses sensibilités pour empêcher l'extrême droite d'arriver au pouvoir. "Abolir notre discernement serait une terrible victoire offerte à l'extrême droite. Les invectives, les divisions, les calculs auxquels nous assistons depuis quelques jours sont déjà pour tous les Républicains une défaite morale, plus grave peut-être encore que la débâcle électorale", s'inquiète Benoît Hamon, illustrant ses propos par un poème d'Aragon sur le combat.

"L'acte sera difficile mais le choix évident", tels sont les mots utilisés par le candidat battu pour décrire le bulletin au nom d'Emmanuel Macron qu'il glissera dans l'urne dimanche 7 mai. Il affirme ainsi que ce vote sera un soutien à la République et pas à la politique de l'ancien ministre de l'Économie, à laquelle il s'opposera "sans ambiguïté". Il dénonce ensuite une campagne "aussi dangereusement maladroite qu'arrogante" et "empreinte de populisme". Il conclut en ayant une pensée pour les "femmes et hommes de gauche", victimes des "conséquences du comportement d'élites inconséquentes".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/