1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : pour Alain Duhamel, le terrorisme sera la "question dominante" de la campagne
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : pour Alain Duhamel, le terrorisme sera la "question dominante" de la campagne

REPLAY - La résurgence des attentats depuis deux ans fait du terrorisme le sujet majeur de l'élection présidentielle de 2017.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Présidentielle 2017 : pour Alain Duhamel, le terrorisme sera la "question dominante" de la campagne
03:31
Présidentielle 2017 : pour Alain Duhamel, le terrorisme sera la "question dominante" de la campagne
03:31
Alain Duhamel

"Chaque campagne a un sujet dominant. En 1995, c'était la question sociale, en 2002 la sécurité, en 2012 l'immigration". Et selon Alain Duhamel, en 2017, la question au coeur des débats sera le terrorisme. "C'est inévitable, les Français en ont conscience", indique l'éditorialiste. Et l'actualité le rappelle chaque jour. Selon Alain Duhamel, cependant, au delà du terrorisme, c'est la question de son lien avec l'islam en France qui sera le sujet dominant de l'élection. "À la fois, dans la lutte contre le fanatisme, mais aussi simplement l'islam dans sa compatibilité entre les convictions religieuses et les lois de la république".

Face à cela, la classe politique française cherche à réaffirmer ce qu'est la France, dans son idée et son projet. Un fait qui relève, selon Alain Duhamel, d'un certain "snobisme intellectuel des politiques français". La France c'est quoi ? "Dans la définition de la nation, il y a la tradition Jean Jaurès, et celle de Maurice Barrès; la tradition socialiste et droits de l'homme d'un côté (...) et la tradition la terre et nos morts de l'autre", explique l'éditorialiste. Cependant, selon lui, cette question de l'identité de la France a déjà été résolue, par Ernest Renan en 1882 : "Une nation c'est un principe, c'est à la fois un leg du passé et un vouloir vivre ensemble". Mais selon Alain Duhamel, les politiques actuels n'en veulent pas, car "s'il y a moyen de se quereller sur un concept d'un abstrait absolu, alors il ne faut pas le laisser passer".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/