3 min de lecture Présidentielle 2017

Mélenchon sur Fillon : "Je préfère qu'il continue, ça fait un adversaire plus fragile"

REPLAY - INVITÉ RTL - Le candidat à la présidentielle espère bien profiter des dégâts causés par l'affaire Penelope Fillon.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Mélenchon sur Fillon : "Je préfère qu'il continue, ça fait un adversaire plus fragile" Crédit Image : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
et Julien Absalon

En pleine tourmente à cause des soupçons d'emploi fictifs visant sa femme, François Fillon doit-il se retirer de la course à l'Élysée ? Jean-Luc Mélenchon n'y est pas vraiment favorable. S'il estime que la situation est "intenable" et considère que "la cause est entendue" pour son son concurrent, le candidat de la France Insoumise y voit surtout une opportunité. "Je préfère qu'il continue à porter les couleurs de la droite à l'élection présidentielle, parce que ça fait un adversaire plus vulnérable et plus fragile. (...) S'il reste, il sera parfait comme adversaire de droite. C'est exactement ce qu'il nous faut : quelqu'un qui n'est plus vraiment en état d'être crédible dans ce qu'il dit", lance-t-il au micro de RTL, mercredi 1er février.

Jean-Luc Mélenchon, désormais donné cinquième au 1er tour de la présidentielle dans les derniers sondages, espère profiter de cette "turbulence générale" qui, selon lui, montre que "les Français ont les nerfs à vif" et ne "supportent plus le double langage". Il estime ainsi que "ce qui arrive à François Fillon touche toute la sphère politique".

Invité à réagir sur les accusations portées par François Fillon contre le pouvoir en place, en dénonçant un "coup d'État institutionnel", Jean-Luc Mélenchon pense que "ça ne tient pas debout" et encourage le vainqueur de la primaire de la droite à s'interroger sur son propre camp. "Le coup vient de sa propre famille. Quelqu'un lui a réglé son sort, c'est tout à fait évident", affirme-t-il sans s'épancher, alors que des observateurs font le lien avec d'anciennes déclarations de Rachida Dati.

"Prêt à discuter" avec Hamon

Dans un second temps, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé sur l'appel que lui a lancé Benoît Hamon pour construire ensemble une majorité parlementaire. Une proposition vue avec bienveillance. "Quand on tend la main, l'attitude doit être d'ouverture. Il faut écouter, accepter la main qu'on vous tend. Pour moi, c'est la fin d'un long cycle d'isolement et de mépris de la part du Parti socialiste", dit l'ancien sénateur qui s'est affranchi du PS en 2008.

À lire aussi
Emmanuel Macron et Christophe Castaner le 20 mars 2020 violences
Macron : de candidat à président, retour sur ses déclarations sur les violences policières

"Prêt à discuter si c'est raisonnable" et "fermé à rien", il expose toutefois ses conditions, portant notamment sur les investitures socialistes pour les législatives. "On ne peut pas faire un programme commun qui commence par l'abrogation de la loi El Khomri, et avoir comme députée qu'on va élire ensemble Mme El Khomri. Je ne suis pas d'accord pour qu'elle figure dans notre majorité", dit-il par rapport à la candidature de la ministre du Travail dans la 18e circonscription de Paris. "Comment peut-on dire qu'on tourne la page de M. Valls et qu'on l'élit député dans l'Essonne ?", poursuit Jean-Luc Mélenchon, promettant de faire "le tri" s'il est élu président. "On ne peut pas faire le nouveau monde auquel on pense avec les représentants de l'ancien monde. Ce n'est pas possible", ajoute-t-il.

Seulement, porté par sa victoire à la primaire de la gauche, Benoît Hamon a donc doublé Jean-Luc Mélenchon dans les sondages. Ce dernier n'est plus crédité que d'environ 10% des intentions de vote, tandis que le socialiste dépasse désormais les 15%. Par conséquent, le tribun de la scène politique pourrait-il accepter de s'effacer au profit d'une candidature commune ? "Il y a cinq jours, c'était l'inverse (dans les sondages, ndlr) et personne ne proposait à l'époque que M. Hamon se rallie à moi. Il y a une espèce de droit quasi divin qui reviendrait au Parti socialiste d'être le candidat de tout le monde", raille Jean-Luc Mélenchon, qui attend néanmoins d'établir un contact "en public" avec Benoît Hamon pour discuter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Jean-Luc Mélenchon Penelope Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants