1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : "Macron est un homme pressé", observe Alain Duhamel
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : "Macron est un homme pressé", observe Alain Duhamel

REPLAY / ÉDITO - Le ministre de l'Économie pourrait briguer la présidence. Alain Duhamel décrypte chaque hypothèse.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Présidentielle 2017 : "Macron est un homme pressé", observe Alain Duhamel
03:12
Présidentielle 2017 : "Macron est un homme pressé", observe Alain Duhamel
03:12
Alain Duhamel

Dans sa ville natale d'Amiens (Somme), Emmanuel Macron tient une réunion citoyenne ce mercredi 6 avril. Ce pourrait être l'occasion pour lui d'annoncer la création d'une structure originale pour soutenir ses idées. Et cela pourrait aussi être le signe qu'"il pourrait être candidat à une élection présidentielle. La question est de savoir si ça serait en 2017 ou en 2022", déclare Alain Duhamel.

Plusieurs hypothèses se présentent en vue de 2017. Si François Hollande se présente - ce qui n'est pas encore acquis -, Emmanuel Macron ne pourrait pas en faire de même. "En revanche, il jouera certainement un grand rôle dans la campagne parce que François Hollande aura un besoin particulier de quelqu'un qui incarne le renouvellement et la modernité", indique le chroniqueur. Si le président de la République ne se présente pas, alors son ministre de l’Économie pourrait participer à la primaire de la gauche et pourquoi pas "faire ce que Bruno Le Maire a réussi à faire du côté des Républicains".

Un renouvellement politique s'opère

Troisième hypothèse : l'aile gauche socialiste ne veut pas voir Macron à la primaire - d'autant plus qu'il n'a pas sa carte du PS -, et l'ancien banquier se présenterait en candidat libre "comme le fait Jean-Luc Mélenchon". Enfin, il y a aussi l'option d'une non-candidature. "La nouveauté, c'est toujours ce qui disparait le plus vite, et Emmanuel Macron est plutôt un homme pressé", ajoute Alain Duhamel.

Reste qu'une candidature d'Emmanuel Macron provoquerait bien des remous au PS et au sein d'une gauche toujours plus divisée. S'il se présentait librement, le patron de Bercy pourrait nuire aux chances du candidat de la gauche. Entre Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, peut-être François Baroin et Laurent Wauquiez, un renouvellement politique voit le jour. "C'est un des phénomènes caractéristiques de cette campagne qui ne ressemblera pas aux précédentes", conclut Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/