3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : lutter contre le Front national, l’obsession de Hollande

ÉCLAIRAGE - François Hollande se tient en retrait de la campagne présidentielle. À une exception près : le Président mène une campagne de fond pour lutter contre la montée du Front national.

François Hollande le 8 mars 2017
François Hollande le 8 mars 2017 Crédit : Etienne LAURENT / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

C'est la dernière bataille du président de la République. François Hollande craint une victoire du Front national à l'élection présidentielle et entend bien ne pas rester inactif. Le chef de l'État multiplie les interventions dans les médias et aussi en privé sur le sujet. Selon un sondage réalisé par le Cevipof et Le Monde, Marine Le Pen obtiendrait 27% des voix au premier tour, devant Emmanuel Macron (25%).

Le 6 mars dernier dans un entretien accordé à plusieurs journaux européens, François Hollande annonce qu'il veut "tout faire pour que la France ne puisse pas être convaincue" par le projet de Marine Le Pen. Surtout, il ne souhaite pas "porter une si lourde responsabilité" que celle d'être le prédécesseur de la candidate frontiste. Il s'agirait donc de son "ultime devoir". Le président de la République juge la "menace" d'une victoire du Front national "réelle". Un proche du chef de l'État confie à l'AFP qu'il "se sentirait responsable si un parti d'extrême droite lui succédait. C'est pour ça qu'il se bat. Il y a une révolte en lui parce qu'il pense que plus que jamais, l'heure est grave et que l'on ne peut pas faire l'autruche".

Marine Le Pen "aux portes du pouvoir"

Le 15 février dernier, selon Le Canard Enchaîné, François Hollande aurait regretté en privé "toute cette débauche d'énergie pour (l)'empêcher de (se) présenter et pour se retrouver avec Le Pen aux portes du pouvoir". Quelques semaines plus tard, l'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen continue à travailler le président de la République. Il décide alors de convier à déjeuner à l'Élysée cinq chercheurs spécialistes du Front national. Selon des informations de L'Obs, les politistes Nonna Mayer et Alexandre Dézé, les historiens Olivier Dard et Nicolas Lebourg et le philosophe Jean-Claude Monod ont été contactés. 

Un participant a expliqué au magazine que "les convives ont pointé les fragilités du Front national et suggéré que parler d'une poussée irrépressible ne faisait qu'alimenter la stratégie de Marine Le Pen". François Hollande a émis une autre hypothèse qui pourrait, d'après lui, expliquer la montée du Front national : "La gauche a renoncé à la patrie sans proposer autre chose". Toujours à l'Élysée, François Hollande a aussi organisé une projection du film Chez nous de Lucas Belvaux. L'Opinion rapportait alors que le Président avait été "marqué" par la façon dont le réalisateur "a réussi à filmer l'embrigadement et la manière dont André Dussollier utilise les arguments qui font mouches".

Des déplacements sur les terres frontistes

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, l'ancien président et cofondateur du Front national. présidentielle 2017
Pourquoi l'État va rembourser 4,2 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen

François Hollande s'est aussi livré à une bataille de terrain. À Dreux et à Chartres, en Eure-et-Loir, à Epinal ou Charleville-Mézières, le chef de l'État se rend sur des terres marquées par le poids du Front national. L'Élysée affirme que son objectif est de "mettre en garde ceux qui seraient tentés par un vote en faveur du FN, par exemple les agriculteurs qui ne bénéficieraient plus des aides de la PAC, les classes populaires ou les classes moyennes qui verraient leur pouvoir d'achat régresser si nous sortions de la zone euro ou encore les ouvriers dont les emplois seraient menacés si nos frontières étaient fermées". 

Auparavant, Bernard Cazeneuve avait tenu à avertir des "dégâts irréparables" d'une victoire de Marine Le Pen, lors d'un déplacement en Lorraine. Il a dénoncé fermement les "mensonges dissimulés" derrière les "messages simplistes" du Front national. "Si demain il n'y a plus d'Europe, si demain il y a de nouveau des frontières qui s'érigent, si demain le protectionnisme est partout, où exportera-t-on ce que vous fabriquez ici ?", a-t-il lancé.

Un rappel sec et ferme pour Benoît Hamon

Ce jeudi, le premier ministre Bernard Cazeneuve a aussi pris part à la bataille engagée par le président de la République. Il s'est rendu au QG de campagne de Benoît Hamon. "J'ai dit à Benoît Hamon ce que je lui ai toujours dit franchement. Nous sommes à un moment où il faut rassembler, et rassembler tous ceux qui sont déterminés à lutter contre le Front national, et en ce qui concerne le candidat investi par la primaire, il faut rassembler toute sa famille politique. Cela signifie qu'il faut inscrire l'espérance qu'il incarne dans la continuité de ce qui a été fait de positif pendant ce quinquennat", a-t-il déclaré.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants