4 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : les primaires ont-elles tué les partis ?

Benoît Hamon a remporté la primaire de la gauche, il doit maintenant s'atteler au rassemblement et éviter l'explosion de son parti.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Présidentielle 2017 : les primaires ont-elles tué les partis ? Crédit Image : SIPA | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Cruel dilemme dimanche soir dans les rédactions au moment du bouclage : quelle victoire mettre en avant ? Quel vainqueur en Une ? Quelle couleur ? Bleu ou rose ? Choisissez votre gagnant ce matin. Le Parisien a tranché, et fait toute sa Une avec un seul mot : CHAMPIONS ! Assorti d'une photo de l'équipe de France de handball. "Haut la main" en une de l'Écho Républicain, mais la main c'est celle de Benoît Hamon.


"Un peu plus près des étoiles pour les bleus" dans Le Figaro, "Hamon sur orbite" pour Paris Normandie et puis La Provence a choisi de ne pas choisir : photo de Benoît Hamon, une rose à la main sur fond rouge. "L'estocade" titre le journal, qui coupe sa Une en deux avec sous le candidat du revenu universel une photo des handballeurs français, de Roger Federer et de Dimitri Payet : "Les revenants universels" ! 

Même l'Équipe a eu du mal à choisir entre deux vainqueurs, et offre sa Une aux maîtres du temps : nos handballeurs et Roger Federer. La plus grande équipe de l'histoire du sport français et le plus grand joueur de l'histoire du tennis pour le journal sportif, qui ouvre le débat sur la portée de la victoire de Federer dimanche à l'open d'Australie : n'est-il pas le plus grand sportif de l'histoire tout court ?

À lire aussi
Emmanuel Macron lors de son meeting à la Bercy Arena en avril 2017 lors de la campagne présidentielle présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : la plainte d'Anticor envers plusieurs candidats classée sans suite

Qui a gagné dimanche ?

La gauche répond toute la presse ce lundi matin. Une "gauche de gauche" pour Libération, "on disait le PS mort (...) il  bouge encore et ses chances de survie s'accroissent" veut croire Laurent Joffrin. C'est aussi ce que dit Guillaume Tabard dans Le Figaro. "Rien n'est écrit" pour la gauche et la victoire de Benoît Hamon, sa hausse dans le sondage du jour viennent battre en brèche la dernière évidence en date, la disparition programmée du parti socialiste. 

Sauf que la presse est aussi d'accord pour dire que le plus dur commence pour Benoît Hamon. Il va "devoir éviter l'explosion de sa famille politique" et "montrer qu'il peut être le porte-drapeau crédible d'un Parti socialiste en lambeaux qu'il a lui-même contribué à déchirer" estime Pascal Coquis dans Les DNA, "la dynamique ou la dynamite" comme le résume Ouest France.

En Une de L'Opinion, un dessin de Kak : "maintenant il va s'agir de stopper cet exode", dit Benoît Toutank-Hamon, mais en fait c'est la presse étrangère qui est la plus cruelle. “Les socialistes se rangent derrière le petit homme aux grandes idées”, titre The Times à Londres et puis en Allemagne la Suddeutsche Zeitung, encore plus pessimiste pour le Parti socialiste, “maintenant que l’opération est terminée, on peut le dire : le patient est mort”.

Mais peut-être est-ce simplement le principe de la primaire qui est mort hier. C'est ce qu'écrit Sylvain Courage sur l'Obs.fr, "on leur a prêté toutes les vertus, mais, à y regarder de plus près, les primaires pourraient bien se révéler le pire remède pour ces formations politiques incapables de trancher leurs différends idéologiques et leurs querelles de clans". L'analyse du corps électoral des deux primaires montre déjà que les participants  sont issus d'une France urbaine favorisée et très motivée par la politique qui ne reflète pas l'état du corps électoral de la présidentielle. Et "si le 6 mai prochain, le nouveau président ne sort pas de cette filière des primaires, gageons que les partis de droite comme de gauche seront peu enclins à renouveler l'expérience en 2022." 

Sur le site de l'hebdomadaire La Vie, Jean-Pierre Denis donne sa définition : "primaire: nom féminin, élection a 4 tours visant à sélectionner 2 candidats pour choisir entre deux autres au second tour de la présidentielle".

Il s'appelle Mo Farah, il est quadruple champion olympique sur 5.000 m, il a la double nationalité somalienne et britannique et a été anobli le 1er janvier dernier. "La reine a fait de moi un chevalier, Donald Trump fait de moi un étranger" dit-il sur sa page Facebook reprise par le Huffington Post. Sir Mo Farah s’entraîne actuellement en Éthiopie et il craint de ne pouvoir rejoindre sa famille installée aux États-Unis depuis 6 ans, la Somalie fait partie des 7 pays dont les ressortissants n'ont plus le droit d'entrer aux États-Unis. "Je vais devoir dire à mes enfants que papa ne va peut-être pas pouvoir rentrer à la maison". "Quelle est la portée du décret anti-immigration de Donald Trump ? " titre Le Monde de ce lundi après-midi. Au final on n'a pas fini de s'interroger sur la portée de la victoire de Donald Trump. 

Une dernière élection

Mais oui parce qu'il faut encore voter, un scrutin de la plus haute importance se tient lundi et mardi, sur internet. Il faut choisir entre 52 candidats, afin d'élire les 8 nouveaux pions du Monopoly. C'est très sérieux, c'est dans Aujourd'hui en France. Le jeu de société mythique fait le ménage avec les pions qui permettent d'avancer de case en case, il faut donc en choisir 8 nouveaux parmi les 52 proposés, afin de remplacer les pions les plus ringards, comme la brouette le dé à coudre ou le chapeau haut de forme, qui seraient remplacés par un hashtag, un téléphone portable ou un ordinateur. Le Monopoly veut coller à l'air du temps, cela dit y a beau y avoir une élection pour changer les pions, le principe reste le même et a toujours collé avec son époque : pour gagner, il faut éviter la case prison.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Benoît Hamon Primaire PS
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786987991
Présidentielle 2017 : les primaires ont-elles tué les partis ?
Présidentielle 2017 : les primaires ont-elles tué les partis ?
Benoît Hamon a remporté la primaire de la gauche, il doit maintenant s'atteler au rassemblement et éviter l'explosion de son parti.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-les-primaires-ont-elles-tue-les-partis-7786987991
2017-01-30 11:09:44
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vNOG91T1rApPHcQY3zbedA/330v220-2/online/image/2017/0130/7786988173_benoit-hamon-au-soir-de-sa-victoire-a-la-primaire-de-la-gauche-le-29-janvier-2017.jpg