3 min de lecture Confidentiels politique

Présidentielle 2017 : les coulisses de la folle journée de François Fillon

CONFIDENTIELS RTL - L'annulation de la visite de François Fillon au Salon de l'Agriculture a marqué mercredi 1er mars le top départ d'une journée folle durant laquelle se sont succédé fausses rumeurs.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
Présidentielle 2017 : les coulisses de la folle journée de François Fillon Crédit Image : Christophe ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Loïc Farge

En réalité, tout a commencé mardi 28 février en fin d’après-midi, sans que personne ne s'en doute. François Fillon vient d’apprendre qu’il va être convoqué en vue de sa mise en examen. Il réunit à son quartier général, dans le XVe arrondissement de Paris, la poignée de ses proches avec qui le lien de confiance n’a pas été rompu. Autour de lui sont présents le sénateur Bruno Retailleau, son ancien directeur de cabinet Antoine Gosset-Grainville, et sa communicante Anne Méaux (qui arrivera un peu plus tard dans la soirée). La réunion ne se terminera qu’à 1 heure du matin.

Ensemble ils font un premier constat. Le candidat est annoncé le lendemain matin au Salon de l’Agriculture pour une visite qui est censée durer plusieurs heures. Il court donc le risque que l’information fuite alors qu’il sera entouré d’une nuée de caméras. Mais surtout éloigné de son QG, et dans l’impossibilité de contenir un éventuel mouvement de rébellion dans le parti. Ils décident donc d’annuler la visite. Mais ils ne préviennent ni les parlementaires attendus sur place avec François Fillon, ni l’équipe en charge de la presse qui l’apprendra donc sur place en même temps que les journalistes.

"Un peu de flottement"

L’annonce d’une conférence de presse à la mi-journée va déclencher un vent de panique autant chez les médias que dans le parti. Les rumeurs les plus folles vont circuler sur un éventuel retrait du candidat notamment, ou sur la possibilité qu'il refuse de se rendre à une convocation des juges et qu'il ait l'intention de l'ajouter. Tout cela permettant à François Fillon de gagner un petit peu de temps.

À lire aussi
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, le 24 novembre 2017 dans une école de Toulouse confidentiels politique
Éducation nationale : Jean-Michel Blanquer veut-il en finir avec les heures de colle ?

A partir de là, l’ancien premier ministre, retranché dans son QG, va consulter tous azimuts entre mardi soir et mercredi matin. Il constate tout de suite "un peu de flottement" chez certains, et notamment chez son directeur de campagne Patrick Stefanini. Gérard Larcher, le président du Sénat, et Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains, lui conseilleront aussi l’un comme l’autre de jeter l’éponge.
Bruno Le Maire aura la réaction la plus vive : il lui demande de se retirer et ne lui reparlera pas avant de publier son communiqué de lâchage en début d'après-midi, après avoir passé un petit moment avec ses principaux soutiens dans un bar non loin du quartier général de François Fillon.

François Fillon voulait-il prendre le pouls dans le parti, ou sa décision était-elle déjà prise ? Les avis divergent sur le sujet. Une chose est sûre, il a vu beaucoup de monde. Dans la matinée, il s’entretiendra entre autres avec Xavier Bertrand, Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse et beaucoup d’autres. Il a appelé Alain Juppé. Il a même eu Nicolas Sarkozy à deux reprises : aux alentours de 9 heures une première fois, puis dix minutes avant de prendre la parole à son QG.

"Coup de Trafalgar"

À en croire les proches de l'ancien président, qui tait un petit peu agacé de voir ce qui paraissait dans la presse au sujet de ces échanges, Nicolas Sarkozy ne l'aurait pas poussé, ni dans un sens, ni dans l'autre. "Prends ta décision en ton âme et conscience", lui aurait-il en fait conseillé en substance, en l’assurant de son soutien quoi qu’il arrive.

D'ailleurs, à en croire l’entourage de l’ancien chef de l’État, François Fillon paraissait déjà très décidé dès le début de la matinée. Décryptage d’un sarkozyste : "En fait, il voulait surtout vérifier qu’on ne lui ferait pas un coup de Trafalgar".

Vers 12h20, François Fillon descend de son bureau à la salle de conférence de presse. Dans l’ascenseur, il est avec Patrick Stefanini qui, quelques heures plus tôt, avait momentanément "flanché", selon les termes d’un proche.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique Présidentielle 2017 François Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787488844
Présidentielle 2017 : les coulisses de la folle journée de François Fillon
Présidentielle 2017 : les coulisses de la folle journée de François Fillon
CONFIDENTIELS RTL - L'annulation de la visite de François Fillon au Salon de l'Agriculture a marqué mercredi 1er mars le top départ d'une journée folle durant laquelle se sont succédé fausses rumeurs.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-les-coulisses-de-la-folle-journee-de-francois-fillon-7787488844
2017-03-02 08:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/UInmUykqOTEfPUIa3CHapg/330v220-2/online/image/2017/0301/7787478138_francois-fillon-lors-de-sa-conference-de-presse-le-1er-mars-2017.jpg