2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Le Pen "essaie de se débarrasser de tous les signes FN", décrypte Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - La journaliste revient sur le recul de Marine Le Pen sur la sortie de l'euro en faisant référence à la citation de Martine Aubry : "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup".

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Présidentielle 2017 : Le Pen "essaie de se débarrasser de tous les signes FN", décrypte Alba Ventura Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Qui est la vraie Marine Le Pen ? Celle qui ne va plus honorer Jeanne D'Arc comme son père ? Ou celle qui élargit sa majorité à Nicolas Dupont-Aignan et ne voit plus d'urgence à abandonner l'euro ? En tous cas ce n'est plus la même candidate qu'au premier tour. En n'allant plus devant la statue de Jeanne D'Arc, elle met un point final à sa rupture avec son père. Jeanne d'Arc c'était une tradition chez les Le Pen et même si l'an dernier elle avait défilé de son côté, une Le Pen qui n'honore plus la pucelle d'Orléans, c'est un tournant.

Ça participe de sa décision d'abandonner la présidence du parti pour ne plus apparaître comme la candidate du FN. Voilà pourquoi cette année, en ce 1er mai, elle a choisi de tenir un meeting à Villepinte dans le Nord de Paris. 

Ce qui a fait dire à son père, qui n'en est jamais à une crasse près quand il s'agit de critiquer sa fille, que c'était une drôle d'idée de vouloir se rendre à Villepinte, dans les anciens abattoirs de Villepinte, un nom, dit-il, "prédestiné". En tous cas, pour Marine Le Pen, il n'est plus question de ménager ni le Front national ni son père. Elle essaie de se débarrasser de tous les signes, tous les repères FN.

Elle lâche sur la sortie de l'euro

Marine Le Pen remet le retour au franc dans son porte-monnaie. Elle verra plus tard. C'est le deal qu'elle a conclu avec Nicolas Dupont-Aignan parce qu'il fallait montrer qu'elle n'était pas isolée qu'elle était capable de s'allier même si cela lui demandait d'en rabattre, sur ce qui était l'ADN de sa politique économique, c’est-à-dire la sortie de l'euro.

À lire aussi
François Fillon et son épouse Penelope en mars 2017 justice
Les infos de 7h30 - Après un faux départ, le procès des époux Fillon s'ouvre ce mercredi

Mais tout cela c'est cosmétique ou électoraliste. Dans le fond, Marine le Pen n'a pas changé. C'est toujours la même mais la candidate du second tour voit bien qu'elle est obligée de décocher certaines cases, elle est obligée de continuer à chercher un brevet de crédibilité surtout en économie. Voilà pourquoi tout d'un coup la sortie de l'euro, ce n'est plus si grave, ce n'est plus une urgence. 

Marine le Pen essaie de donner des gages. 72% des français restent opposés à la sortie de l'euro, il lui faut donc remiser cette mesure emblématique pour apparaître plus rassurante. Sauf que tout ça lui coûte. L'opportunisme qui pointe dans cet accord avec Dupont-Aignan la rend mal à l'aise. C'est tout ce qu'elle a toujours reproché à ses adversaires. Et c'est maintenant à son tour de se prendre les pieds dans le tapis : elle dit à la fois que la sortie de l'euro n'est pas un préalable, tout en affirmant que "l'euro est mort" mais qu'elle n'a jamais voulu la sortie de l'euro. Ce n'est pas clair et "quand c'est flou..."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Marine Le Pen Nicolas Dupont-Aignan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants