3 min de lecture Présidentielle 2017

La consultation des citoyens sur Internet peut-elle sauver la politique ?

REPLAY - Le 25 mars, les prétendants à l'Élysée seront invités à se prononcer sur des propositions élaborées par des milliers de citoyens sur le site Make.org.

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
La consultation des citoyens sur Internet peut-elle sauver la politique ? Crédit Image : AFP / Robyn Beck | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Rémi Sulmont
Rémi Sulmont et Loïc Farge

Et si les citoyens faisaient des propositions aux élus et pas l'inverse ? C’est ce que propose le site Make.org qui veut changer la façon de faire de la politique grâce à l'Internet. Le 25 mars prochain, les candidats à la présidentielle seront invités à se prononcer sur des propositions élaborées par des milliers de citoyens sur la Toile.

C'est l'ancien président de Deezer, le site de musique, qui s'est lancé l'été dernier dans cette grande aventure. Axel Dauchez, 48 ans, en avait assez d'entendre ses concitoyens interpeller les politiques sur leur cas personnel.

"Et vous, qu'est-ce que vous feriez pour moi ?". Il en avait assez d'entendre les politiques répondre : "Comme si un élu était là pour répondre à 60 millions de problématiques personnelles", dit-il. "Le rôle d'un citoyen en France, surtout dans la situation dans laquelle on vit, ce n'est pas seulement de voter", explique-t-il.

À lire aussi
Emmanuel Macron face aux maires, dans l'Eure Emmanuel Macron
Débat : "Il y a un côté cure de jouvence" pour Macron, dit Roquette

Cinq propositions enrichies et étayées

L'été dernier, Axel Dauchez a donc fondé une plateforme sur Internet. La "civic tech" Make.org entend changer la politique grâce aux nouvelles technologies. Il a lancé une grande consultation des citoyens de moins de 30 ans. C'est passé par Facebook.

Quelque 4.000 propositions ont émergé, sur l'environnement, l'emploi, l'éducation ou la sécurité. Cinq propositions - celles qui ont généré sur le site le plus de réactions et de vote "pour" ou "contre" - ont été sélectionnées.

Ce sont ces cinq propositions qui seront présentées aux candidats à la présidentielle le 25 mars. Les citoyens internautes, qui dans leur cuisine ont suggéré l'idée sur Internet, seront à Sciences-Po Paris face aux candidats.

Émilie, 29 ans, de Bourg-la-Reine, voulait que l’on repense l’orientation professionnelle à l’école. Paul, 30 ans, plaidait pour un contrôle déontologique des élus aussi.

Mon grand rêve c'est que le personnel politique repense sont rôle

Axel Dauchez, fondateur de Make.org
Partager la citation

Leurs propositions ont été enrichies et étayées par un processus inédit. Elles ont été contrôlées par d'autres internautes. Des étudiants de Sciences-Po, des profs et des experts des domaines concernés rédigent actuellement les cinq propositions, étudient ce qui existe déjà, ce qui se fait à l’étranger, et chiffrent la mesure.

Le 25 mars, les candidats auront donc une proposition clé en main, travaillée hors des partis politiques et validée par des citoyens qu'on peut juger ou non représentatifs, mais qui sont l’expression d'une volonté collective.

Les présidentiables sont-ils prêts à se saisir de ces propositions ? Bonne question. Est-ce que ces citoyens électeurs qui ont tenté réinventer la politique vont peser sur la présidentielle ? Tous les candidats ont été invités le 25 mars à Sciences-Po. Certains ont confirmé qu’ils viendraient. Le lien élus-citoyens est tellement dégradé qu’il devient urgent de tenter de changer de méthode, insiste Axel Dauchez.

"La situation est grave"

"Mon grand rêve c'est que le personnel politique repense sont rôle", clame-t-il. "Son rôle n'est pas seulement d'avoir des visions et de se faire élire. Son rôle, c'est sur des propositions de s'engager à les mettre en oeuvre. Aujourd'hui, les débats sont très souvent à 80% cannibalisés par qui va gagner l'élection. Je pense que la situation est grave et que tout le monde doit s'y mettre, on ne doit plus attendre d'une élection un effet magique qui n'arrivera pas", poursuit-il.

Le métier d’Axel Dauchez, c'est ce qu’on appelle du "lobbying citoyen". Mais comment cela tient-il debout économiquement ? Le versant business de Make.org, ce sera ensuite la vente de mesures d'opinion. Il promet de faire mieux, plus précis et moins cher que des instituts de sondage pour mesurer ce que pensent les Français en temps réel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Présidence de la République Internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787383708
La consultation des citoyens sur Internet peut-elle sauver la politique ?
La consultation des citoyens sur Internet peut-elle sauver la politique ?
REPLAY - Le 25 mars, les prétendants à l'Élysée seront invités à se prononcer sur des propositions élaborées par des milliers de citoyens sur le site Make.org.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-la-consultation-des-citoyens-sur-internet-peut-elle-sauver-la-politique-7787383708
2017-02-23 12:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/tAYof8AS_RV7TcpOvcwcCw/330v220-2/online/image/2016/0126/7781550711_une-souris-d-ordinateur-illustration.jpg