2 min de lecture Valérie Pécresse

Présidentielle 2017 : "Juppé est l'homme de la situation", assure Pécresse

INVITÉE RTL - La présidente de la région Île-de-France explique pourquoi elle soutient le maire de Bordeaux dans la course à l'Élysée.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Valérie Pécresse : "Juppé est l'homme de la situation" Crédit Image : Camille Kaelblen / RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Julien Absalon

Son soutien était particulièrement convoité et attendu. C'est finalement Alain Juppé qui a raflé la mise. À un peu moins de deux semaines du premier tour de la primaire de la droite et du centre, Valérie Pécresse a annoncé son ralliement au maire de Bordeaux, qu'elle considère comme "l'homme de la situation pour la France". Au micro de RTL, mercredi 2 novembre, elle s'explique les raisons de son choix : "J'ai dit depuis le début que j'avais trois critères. D'abord le programme, ensuite la méthode pour le mettre en oeuvre, car on s'est trop focalisé sur la conquête du pouvoir et beaucoup moins sur son exercice, et enfin sur l'incarnation de la fonction présidentielle".

Convaincue qu'Alain Juppé sera "la bonne personne à la bonne place", la présidente de la région Île-de-France se dit ainsi particulièrement séduite par cette volonté du candidat de ne faire qu'un seul mandat : "Il est le seul qui sera totalement libéré de ce désir de plaire, de séduire, qui hante tous ceux qui veulent être réélus. Ça empêchera l'impuissance. Les Français n'en peuvent plus des présidents impuissants". Cette incarnation permettra selon elle de créer une "rupture très franche" après les cinq années de François Hollande qui ont, selon elle, fait "honte" aux Français.

Pour la décentralisation

Concernant la méthode, Valérie Pécresse estime que les réformes doivent se faire dans les "trois premiers mois" de la présidence. Elle approuve ainsi ce choix d'Alain Juppé de gouverner par ordonnances "dès l'été" et donc d'appliquer le plus rapidement possible les réformes "pour débloquer la France".

Quant au programme, elle y a trouvé "les réformes économiques très audacieuses" qu'elle espérait, en particulier sur le chômage et la baisse de la fiscalité pour les entreprises. "J'ai une demande très forte : qu'on baisse tous les impôts qui pèsent sur l'emploi. Pour moi, la question du chômage est cruciale. On ne peut pas espérer restaurer l'autorité si on ne règle pas la question du chômage". L'autre point majeur pour elle, c'est cette nécessité de décentraliser les pouvoirs publics. "Je crois profondément qu'Alain Juppé est décentralisateur. Il donnera du pouvoir aux acteurs locaux économiques, aux associations et tous ceux qui portent une vision optimiste de l'avenir", ajoute celle qui assure ne pas être particulièrement intéressé par Matignon.

En désaccord avec Nicolas Sarkozy

À lire aussi
Valérie Pécresse, le 30 juin 2018 RATP
Transports en Île-de-France : "On a l’impression d’être lâchés par l’État", dénonce Pécresse

Cette question de la décentralisation constitue d'ailleurs un point de désaccord avec Nicolas Sarkozy, dont elle était l'ancienne ministre du Budget : "J'ai senti que tout ça n'était pas conforme à son idée de la présidence de la République". Mais surtout, elle ne manque pas de rappeler son attachement à "un état de sécurité renforcé dans le cadre de l'état de droit". Une autre manière de tancer l'ancien chef de l'État qui avait évoqué des "arguties juridiques" à propos de la Constitution.

Malgré son enthousiasme, et sans doute soucieuse que le camp juppéiste ne prenne pas le risque de se démobiliser, Valérie Pécresse appelle à la prudence concernant les sondages qui annoncent une large victoire d'Alain Juppé à la primaire. "Je ne crois pas à ces sondages pour la simple et bonne raison qu'on ne sait pas qui va aller voter. Le scrutin va être très serré", prédit-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Valérie Pécresse Alain Juppé Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants