2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Mélenchon ironise sur ceux qui lui "font des bisous partout"

Le candidat à la présidentielle, sous la bannière de la France insoumise, ne compte pas céder face à ceux qui le poussent à un rapprochement avec Benoît Hamon, au nom du rassemblement de toute la gauche autour d'un seul candidat.

Jean-Luc Mélenchon dans sa revue de la semaine
Jean-Luc Mélenchon dans sa revue de la semaine Crédit : Capture d'écran Youtube
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et AFP

Des airs de Saint-Valentin dans la campagne présidentielle. Lundi 13 février, en conférence de presse, Jean-Luc Mélenchon a eu une pensée pour ceux qui "lui font des bisous partout". Que l'on ne s'y trompe pas, la petite phrase, teintée d'ironie, n'avait rien de très intime. Le candidat à la présidentielle, sous la bannière de la "France insoumise", faisait allusion aux personnes désireuses de le pousser à passer un accord au profit du candidat socialiste Benoît Hamon. Lors de la conférence de presse, organisée à Paris par des ONG en présence d'autres députés européens de gauche, Jean-Luc Mélenchon a fait front commun avec le candidat écologiste Yannick Jadot contre l'accord de libre-échange eurocanadien Ceta soumis au Parlement européen deux jours plus tard.

L'idée d'une candidature commune à gauche ne semble pas évoluer, mais les deux hommes ont tout de même convenu de se voir à Strasbourg en marge de la session du Parlement européen. "De ma part, il n'y aura jamais aucun blocage à la discussion, jamais. Je suis toujours ouvert à parler avec tout le monde", a réaffirmé Jean-Luc Mélenchon devant les journalistes. "Quand on me dit que je veux des têtes, non, je n'en ai jamais demandées. Mais je ne veux pas qu'on se paie la mienne", a-t-il poursuivi. "On ne se paiera pas ma tête en me faisant des bisous partout pour ensuite essayer de me faire avaler des Carvounas, des Valls, des El Khomri, des Marisol Touraine et tous ces gens", a poursuivi le leader de la gauche radicale, qui ne souhaite pas que le PS investisse ces candidats trop éloignés de ses idées. Quant à l'idée d'une candidature unique, "oui, oui, bien sûr", a affirmé Jean-Luc Mélenchon. Mais "du moment qu'on est tous d'accord", a-t-il ajouté, sourire aux lèvres.

Un rassemblement motivé par Jadot et Hamon

La veille, Jean-Luc Mélenchon dénonçait "une combine" en vue d'une candidature unique. Lors de la conférence de presse de ce 13 février, Yannick Jadot a pour sa part défendu la méthode des discussions avec le candidat socialiste Benoît Hamon. "Il n'y a pas de combine quand il s'agit de se rassembler", a affirmé le candidat écologiste. "Discuter entre différents responsables politiques, entre militants, pour parler de la France et d'un projet commun, je ne vois pas où est la combine", a-t-il poursuivi. Après avoir posé derrière une banderole avec d'autres eurodéputés comme les écologistes Michèle Rivasi et Karima Delli ou le socialiste Emmanuel Maurel, représentant de Benoît Hamon, les deux candidats ont embarqué dans le même train pour Strasbourg.

Dans une interview accordée aux Inrockuptibles à paraître mercredi 15 février, Benoît Hamon affirme ne pas comprendre "la brutalité (des) attaques (de Jean-Luc Mélenchon) à (son) endroit ou celles des autres formations de gauche en France ou en Europe". "Qui peut penser que le rassemblement de la gauche s'opérera aux conditions d'un seul ?", s'interroge le candidat du PS. "J'entends ce qu'il dit, que je ne serai jamais un candidat de gauche chimiquement pur si je ne me débarrasse pas de tous les oripeaux du social-libéralisme. Mais c'est symétriquement ce que disait Manuel Valls lorsqu'il affirmait qu'il ne concevait pas de gouverner un jour avec Mélenchon. Ils tapent sur le même clou. Les deux ont entonné le même refrain des gauches irréconciliables (...) La gauche n'est puissante qu'unie", affirme-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Jean-Luc Mélenchon Benoît Hamon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants