2 min de lecture Benoît Hamon

Présidentielle 2017 : Hamon refuse de "bricoler un accord d'appareil"

LE GRAND JURY - Le candidat socialiste croit en sa dynamique dans l'opinion pour mener et rassembler la gauche.

micro generique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Benoît Hamon ne veut pas qualifier la colonisation de "crime contre l'humanité" Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS | Crédit Média : Olivier Mazerolle | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Olivier Mazerolle

Les chances d'aboutir à un accord de majorité entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon sont-elles en voie d'extinction ? Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI dimanche 19 février, le candidat socialiste prévient qu'il se montrera "tenace" et "têtu". "Si la dynamique se confirme (les sondages qui le placent devant Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, ndlr), elle parviendra à vaincre bien des réticences." Il refuse toutefois en tant que candidat à la présidentielle de "bricoler un rassemblement ou un accord d'appareil" et souligne les "conditions fortes" posées par le leader de la France insoumise.

Pour le candidat socialiste, "il n'est pas possible que la gauche soit absente du second tour de l'élection présidentielle. Nous ne pouvons pas nous permettre d'assister passifs à un second tour entre la droite dure et l'extrême droite." C'est la raison pour laquelle un accord est en vue avec Yannick Jadot, le candidat Europe Écologie - Les Verts. "Je souhaite que la dynamique de rassemblement s'engage avec Yannick Jadot et toute l'écologie politique qu'il représente" la semaine prochaine." La question de l'échéance à laquelle la France prévoit de sortir du nucléaire est-elle tranchée ? "Nous fixerons ce calendrier de manière responsable au regard des investissements qui sont nécessaires, des emplois qu'il faut transformer."

Le 49.3 citoyen divise la gauche

Au sein du Parti socialiste, Benoît Hamon ne fait pas l'unanimité. Sa proposition de 49.3 citoyen, qui consiste à soumettre un texte à un référendum ou d'en débattre au Parlement du moment où 450.000 citoyens l'ont décidé, met en émoi les députés vallsistes. Ce qui fait dire à Benoît Hamon que la primaire a "laissé aussi un vainqueur net avec 1,2 million de voix, 60% des voix dans un processus démocratique."

En ce qui concerne le 49.3, "mon analyse, c'est que nous ne souffrons pas d'un trop plein de démocratie, mais d'un déficit de démocratie." Après ce constat, Benoît Hamon a tenu à rassurer ceux qui doutent de la mesure des modalités. "Bien sûr, cela sera encadré, il ne s'agira pas juste de s'inscrire à une pétition sur Internet. Je veux qu'il y ait des conditions de représentativité sur le territoire, qu'on puisse dire (qu'ils viennent au moins) de la moitié des départements." Dans la même veine, le député des Yvelines garantit, s'il devient président, de voter une nouvelle loi Travail, en conservant le compte pénibilité, la garantie jeunes, le compte personnel d'activité et le droit à la déconnexion.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Benoît Hamon Parti socialiste Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants