1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : François Baroin, allié de Nicolas Sarkozy, ennemi juré d'Alain Juppé
3 min de lecture

Présidentielle 2017 : François Baroin, allié de Nicolas Sarkozy, ennemi juré d'Alain Juppé

ÉCLAIRAGE - Nicolas Sarkozy et François Baroin se sont alliés contre un ennemi commun, Alain Juppé. L'un veut évincer son adversaire pour la primaire de la droite et l'autre garde en mémoire une querelle datant de 1995.

Alain Juppé et François Baroin, à l'Assemblée nationale le 25 janvier 2011
Alain Juppé et François Baroin, à l'Assemblée nationale le 25 janvier 2011
Crédit : CHESNOT/SIPA
Marie-Pierre Haddad

En une journée, François Baroin est devenu le centre de l'attention des candidats à la primaire de la droite. Le président de l'Association des maires de France a organisé, mercredi 1er juin, le Salon des maires à Paris. Ces derniers sont courtisés pour leur signature et leur soutien en vue de l'élection présidentielle de 2017. Ainsi, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon, sans oublier Bruno Le Maire, ont été à leur rencontre. Mais il semblerait que François Baroin ait déjà fait son choix.

Selon une information du Parisien, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy devrait annoncer officiellement son soutien au président des Républicains, dimanche 5 mai. Ce choix n'est pas anodin puisque l'ex-chef de l'État aurait promis au sénateur de l'Aube, le poste de premier ministre.

Une haine nourrit depuis des années contre Alain Juppé

La fidélité de François Baroin envers le président des Républicains n'est pas une alliance nouvelle. "Ce soutien est tout sauf une surprise. Depuis des mois, François Baroin en est l'organisateur en tant que président de l'Association des maires de France. Officieusement, ce rendez-vous sera l'acte I d'une opération de communication", peut-on lire dans Le Parisien. Mais il semblerait que François Baroin permette surtout à Nicolas Sarkozy de contrer Alain Juppé.


François Baroin entretiendrait une "haine tenace" à l'encontre du maire de Bordeaux, comme l'explique le quotidien. Pourquoi ? Il faut remonter à 1995, François Baroin est alors secrétaire d'État du premier ministre Alain Juppé et aussi porte-parole du gouvernement, comme le rappelle Le Journal du Dimanche. Six mois plus tard, il sera évincé. "Le sénateur de l'Aube reproche également à Alain Juppé de ne pas l'avoir soutenu en 2011 pour prendre le ministère de l'Économie, lui préférant Bruno Le Maire. Juppé, alors au Quai d'Orsay, avait d'ailleurs perdu cette bataille", raconte le journal.

À lire aussi

Et les années ne semblent pas avoir atténué la rancœur. En octobre 2015, le maire de Troyes confiait à L'Opinion : "Pour nous, il n'est pas Jacques Chirac (...) J'ai été très fier d'entrer dans son gouvernement mais avec lui, on n'a été que de déception en déception". Dans le livre Lapins et Merveilles de Gaël Tchakaloff, Alain Juppé estime que "François Baroin est un aigri qui m'en veut (…) Je n'ai pas soutenu sa candidature pour le ministère de l'Économie en 2011 parce que je pensais qu'il n'avait pas la carrure".

Un élément clé dans la stratégie de Nicolas Sarkozy

Tout ceci profite à Nicolas Sarkozy. Selon Libération"les sarkozystes le reconnaissent sans détour : c'est d'abord son hostilité à Alain Juppé qui rend le ralliement de Baroin si précieux". "Il peut être un atout majeur", explique Brice Hortefeux dans les colonnes du Parisien. Même constat du côté d'Éric Ciotti qui reconnaît que l'ancien ministre est "une personnalité qui coche beaucoup de cases. Celle de la connaissance des territoires depuis sa nomination à la tête de l'AMF, de la jeunesse et du renouvellement puisqu'il n'a que 50 ans, de l'expérience en tant qu'ancien ministre et bien sûr l'héritage chiraquien".

Et pour cause, "François Baroin n'hésite pas à comparer la campagne à venir à celle qu'il mena aux côtés de Jacques Chirac en 1995. Rien ne saurait faire plus plaisir à Nicolas Sarkozy. On voit ici se dessiner le rôle qui pourrait être confié à l’aspirant premier ministre : François Baroin sera chargé de 'balladuriser' Alain Juppé pour en faire le 'candidat du système' déconnecté des aspirations populaires", poursuit Libération. Et selon François Baroin, "ceux qui étaient prêts à mourir pour Jacques Chirac sont dans leur immense majorité aux côtés de Sarkozy".  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/