1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : fillonistes, les Leroy chargent Emmanuel Macron
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : fillonistes, les Leroy chargent Emmanuel Macron

LA CAMPAGNE EN FAMILLE - Comme leur poulain, qu'ils ont continué à soutenir malgré ses affaires judiciaires, la famille voit en Emmanuel Macron, le prolongement de la politique de François Hollande.

La famille Leroy vit dans le XVe arrondissement de Paris.
La famille Leroy vit dans le XVe arrondissement de Paris.
Crédit : Céline Landreau
Présidentielle 2017 : fillonistes, les Leroy chargent Emmanuel Macron
03:26
Alice Moreno & Ludovic Galtier

Le 26 février, la famille Leroy avait parlé du ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron. Aujourd'hui, cette famille de droite installée dans le XVe arrondissement de Paris revient sur le morcellement de la gauche. "Les rats quittent le navire pour rejoindre Emmanuel Macron", constate Martine, la grand-mère, après que Manuel Valls a fait connaître sa décision de voter pour le candidat "En Marche !" dès le premier tour. "Plus, (la gauche) explose, plus je suis contente, ça c'est sûr (...) On a tellement tapé sur Fillon que ça ne me déplaît pas que la gauche soit en train de se tirer dessus mutuellement."

Antoine, son petit-fils de 16 ans, désapprouve la stratégie des nouveaux soutiens d'Emmanuel Macron et de Manuel Valls, qui n'a pas respecté sa promesse de soutenir le vainqueur de la primaire, prise lors des débats du mois de janvier. "Je trouve ça un peu hypocrite parce que c'est quand même l'ancien premier ministre du PS. Pendant les primaires, ils n'arrêtaient pas de dire qu'ils soutiendraient celui qui allait gagner... Mais j'ai vu que ça n'arrange pas Emmanuel Macron, qui ne veut pas être catalogué à gauche."

Son oncle, Mathieu, confirme : "Je crois que Macron préfère se tenir à l'écart de la référence du quinquennat de Hollande au maximum." Ce qui ne convainc pas Daniel, le grand-père : "Il est l'homme nouveau, et finalement ça reste à gauche, c'est absolument certain", analyse-t-il avant de préciser qu'il déposerait un bulletin au nom de Marine Le Pen en cas de duel au second tour avec Emmanuel Macron. Au grand dam de son petit-fils. "Ce serait une énorme bêtise de sortir de l'Europe. Dans un ou deux ans, j'aurai des échanges à faire avec Erasmus par exemple, comment on va faire du coup ? C'est hors de question que le Front national dirige la France."

Chaque dimanche retrouvez "La Campagne en Famille", et découvrez leur compréhension de la campagne, leurs désirs, leurs ras le bol et leurs doutes... jusqu’au vote en 2017 !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/