1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : comment sont protégés les candidats ?
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : comment sont protégés les candidats ?

ÉCLAIRAGE - Deux jeunes hommes "radicalisés" ont été arrêtés ce mardi 18 avril à Marseille. Ils sont soupçonnés de vouloir préparer un attentat à cinq jours du premier tour de la présidentielle.

"Le Grand Débat" : 10 des 11 candidats à la présidentielle 2017, Philippe Poutou ayant refusé de prendre la pose
"Le Grand Débat" : 10 des 11 candidats à la présidentielle 2017, Philippe Poutou ayant refusé de prendre la pose
Crédit : Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Les candidats à l'Élysée sont-ils sous la menace terroriste ? Ce mardi 18 avril deux jeunes hommes "radicalisés", soupçonnés de vouloir perpétrer un attentat très prochainement, ont été arrêtés mardi à Marseille, à cinq jours du premier tour du scrutin. Né en 1987 et 1993, ces derniers avaient l'intention de commettre un attentat sous le sol français.

Depuis la semaine dernière, les principaux candidats à l'élection présidentielle ont été avertis de cette menace réelle. Les photos des deux hommes avaient été distribuées dès jeudi aux services de sécurité des candidats à l'élection présidentielle, ont ainsi déclaré Marine Le Pen et l'entourage d'Emmanuel Macron alors que les officiers de sécurité de François Fillon avaient été avertis des risques planant sur le candidat Les Républicains. Les services antiterroristes avaient notamment repéré un photomontage associant la une d'un numéro du journal Le Monde où figurait un article sur François Fillon et une photo du plus âgé des suspects, avec un fusil mitrailleur, selon une source proche de l'enquête.

GIGN, Raid, tireurs d'élite...

Dans ce contexte, comment sont protégés les candidats à l'élection présidentielle ? Pas question de prendre ces menaces à la légère alors que la sécurité a été accrue pour tous les déplacements des "gros" prétendants à l'Élysée. Dimanche 16 avril, dans les colonnes du JDD, l'entourage d'Emmanuel Macron expliquait alors : "Cela fait quelque temps que des démineurs passent par précaution avant chaque meeting. À Marseille, il y a un mois, nous avions eu le GIGN en coulisses".

Démineurs, GIGN mais aussi RAID, renforts policiers et tireurs d'élite. Les unités sont mobilisées en nombre à chaque sortie, chaque déplacement et chaque meeting de François Fillon et Emmanuel Macron. Un déploiement qui serait également d'actualité pour Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon ou encore Marine Le Pen. Un dispositif important qui ne serait pas d'actualité pour les plus "petits" candidats.

50.000 policiers mobilisés dans les lieux de vote

À lire aussi

Toujours selon l'hebdomadaire, toutes les informations sur la sécurité de la campagne transitent par la direction du SDLP, le service de la protection, qui fait l'interface entre la DGSI, chargée de la lutte antiterroriste, et les policiers au contact quotidien des onze hommes et femmes qui briguent la présidence.

Ces interpellations interviennent à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, sur fond de menace terroriste très élevée en France, frappée depuis 2015 par une série d'attentats jihadistes, parfois de masse, qui ont fait 238 morts. Au total, plus de 50.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote, a rappelé Matthias Fekl. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/