1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : comment Philippe Poutou veut désarmer les policiers
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : comment Philippe Poutou veut désarmer les policiers

MOI CANDIDAT - Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste proposait déjà cette réforme lors de sa première candidature.

Philippe Poutou est candidat à la présidentielle de 2017 pour le Nouveau parti anticapitaliste.
Philippe Poutou est candidat à la présidentielle de 2017 pour le Nouveau parti anticapitaliste.
Crédit : FRED TANNEAU/AFP
Présidentielle 2017 : comment Philippe Poutou veut désarmer les policiers
03:01
Benjamin Sportouch & Ludovic Galtier

Désarmer les policiers : c'est une proposition pour le moins iconoclaste que propose le candidat du Nouveau parti anticapitaliste. Pour Philippe Poutou, c'est un impératif pour apaiser le climat social. Et le candidat ouvrier va loin : il veut supprimer les armes à feu mais aussi les armes non létales comme les tasers. Exception tout de même pour les unités antiterroristes. Philippe Poutou reconnaît qu'il serait difficile d'arrêter les terroristes "avec des pistolets à eau".

Il faut dire qu'au NPA, on est assez méfiant vis-à-vis des forces de l'ordre. Sur leur site internet, la police est présentée comme "une arme qui protège les exploiteurs, les bourgeois et les spéculateurs". Preuve de cette méfiance, Philippe Poutou veut aussi, à l'image de Jean-Luc Mélenchon, mettre fin à l'état d'urgence et dissoudre les brigades anti-criminalité. Cette vision de la police est insupportable pour Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP-FO.

Les policiers nationaux sont armés. Mais dans la police municipale, cela concerne toujours moins de la moitié des agents. François Fillon veut d'ailleurs armer toutes les polices municipales dans les villes de plus de 10.000 habitants.

Une proposition appliquée en Norvège et en Grande-Bretagne

Vu de l'étranger en tout cas, la proposition de Philippe Poutou ne paraîtrait pas incongrue. En Norvège, par exemple, les policiers qui patrouillent ne sont pas armés. Leurs revolvers restent dans leur véhicule de service. Et en Grande-Bretagne, moins de 5% des "bobbies", les policiers britanniques, sont armés. Ce qui risque d'ailleurs de faire polémique outre-manche puisque le policier assassiné à Londres le 22 mars ne l'était pas.  Ce qui n'empêche pas le candidat NPA de continuer à militer pour le désarmement des forces de l'ordre.

Que proposent les autres candidats ?

À lire aussi

Deux visions s'opposent : d'un côté, Marine Le Pen souhaite instaurer une présomption de légitime défense pour les policiers qui utilisent leur arme. De l'autre côté, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon sont sur la même ligne qu'Emmanuel Macron sur la police de proximité. C'est assez rare pour être souligné : tous trois veulent en effet son retour.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/