1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La CGT charge Fillon et met en garde le prochain président de la République

La CGT charge Fillon et met en garde le prochain président de la République

Depuis plusieurs mois, le secrétaire général de la CGT fustige les programmes de nombreux candidats à l'élection présidentielle en 2017, de droite comme de gauche.

Philippe Martinez le 9 septembre 2015.
Philippe Martinez le 9 septembre 2015.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Maxime Magnier
Journaliste

Le futur président de la République n'est pas encore élu que la CGT le met déjà en garde. Lors de ses vœux à la presse, mercredi 4 janvier, le leader cégétiste Philippe Martinez a dénoncé le programme de François Fillon. Ces derniers mois, certains candidats à la primaire de la gauche avaient eux aussi eu leur part de mise en garde contre une éventuelle "mobilisation" du syndicat.

"Son programme n'est pas une proposition de rupture mais la continuité de ce que les citoyens subissent depuis des décennies", a estimé Philippe Martinez au sujet du candidat de la droite et du centre, qualifiant même les suppressions de poste voulues par François Fillon dans la fonction publique, d'"attaques scandaleuses".

Fin novembre, le patron de la CGT avait déjà déclaré que "la mobilisation serait d'actualité" si la droite revenait au pouvoir en mai prochain, un son de cloche repris par Force ouvrière, qui fait même savoir, via un de ses dirigeants cité par Le Figaro, que la "la CFDT pourrait se joindre aux cortèges, une fois que le PS - dont FO est proche - ne sera plus au pouvoir".

Une "journée d'action" déjà au programme

Mais l'éventuelle alternance à venir n'est pas la seule visée par les syndicats français, comme le laissait entendre Philippe Martinez. Ce dernier a même estimé que "l'allongement du temps du travail [était] dans la bouche de nombreux candidats" et que "les questions lancinantes sur le coût du travail [étaient] absolument les mêmes d'un côté que de l'autre", mettant dans un seul et même panier plusieurs prétendants à la fonction suprême, de Manuel Valls à François Fillon, donc, en passant par Emmanuel Macron. 

À lire aussi

Symbole des mouvements de contestation à venir, et pour encourager les potentiels futurs locataires de l'Élysée à "impulser une véritable politique industrielle", la CGT organisera, le 22 février prochain, des Assises de l'industrie à la Villette, selon Philippe Martinez. Surtout, le syndicat a déjà prévu une "journée d'action" dans toute la France le 21 mars afin de "mettre en avant des projets industriels montrant qu'il est possible de créer des emplois dans l'industrie".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/