2 min de lecture Bruno Le Maire

Présidence UMP : "Et si Le Maire était déjà le grand vainqueur ?", dit Vanessa Schneider

REPLAY - Premier candidat déclaré dans la course à la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire bénéficie du soutien d'une cinquantaine de députés et de l'embarras de Nicolas Sarkozy.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Présidence UMP : "Et si Le Maire était déjà le grand vainqueur ?", dit Vanessa Schneider Crédit Image : Cécile de Sèez / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Vanessa Schneider
Vanessa Schneider

Le candidat à la présidence de l'UMP Bruno Le Maire a affirmé, mardi 4 novembre lors d'un meeting à la Mutualité à Paris, son souhait de mettre l'UMP "au travail, tout de suite", en lançant dès le mois de janvier des "Assises du renouveau". À la fin du mois, les militants du parti éliront leur prochain président. Selon Vanessa Schneider, le député de l'Eure sort déjà gagnant de ce scrutin.

"Entendons-nous : Bruno Le Maire n'a aucune chance de l'emporter face à Nicolas Sarkozy", prévient d'entrée la journaliste, pour qui, "en politique, on peut perdre et gagner à la fois. L'ancien ministre de l'Agriculture a pris tout le monde de vitesse en se déclarant candidat dès le 11 juin, au lendemain de la démission de Jean-François Copé. Alain Juppé et François Fillon, eux, ont fait le choix d'enjamber l'élection pour viser directement la primaire de 2017.

Au cours des réunions publiques, Bruno Le Maire a pu faire entendre sa voix : celle du 'renouveau'

Vanessa Schneider
Partager la citation

"Seul en piste pendant tout l'été, Bruno Le Maire a bénéficié d'une couverture médiatique, il a augmenté sa notoriété (qui était assez basse), il a rattrapé ses concurrents", décrypte Vanessa Schneider. Avec 73 réunions publiques à son actif, il a pu faire entendre sa voix : celle du "renouveau", selon son expression. C'est déjà une victoire.

Pour elle, Le Maire gêne déjà Sarkozy. Près de 55 parlementaires le soutiennent. "Il incarne une alternative pour ceux qui ne souhaitent pas le retour de l'ancien président", ajoute Vanessa Schneider. sa partition est assez habile : il ne critique jamais frontalement son adversaire ("Il aurait tort de le faire"), mais ne se gêne pas pour marquer sa différence sur deux thèmes ultra-sensible (l'affaire Bygmalion et la transformation de l'UMP).

À lire aussi
L'EPR de Flamanville devait commencer à produire de l'électricité en 2012 nucléaire
Les infos de 12h30 - EPR de Flamanville : le gouvernement demande en urgence un plan d'action

L'inquiétude monte dans le camp de Nicolas Sarkozy. "Convaincu cet été de réitérer son score de 2004 (84%), il se contenterait aujourd'hui d'un bon 70%", note la journaliste. Quant à Le Maire, s'il obtient 20% des suffrages des adhérents, "il aura prouvé qu'il faudra désormais compter avec lui à droite".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bruno Le Maire Polémique Présidence UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants