3 min de lecture UMP

UMP : les ambitions des ténors pour la présidence du parti et la primaire

ÉCLAIRAGE - Comme certains avant lui, Alain Juppé a annoncé mercredi 20 août sa candidature à la primaire UMP en vue de 2017. À droite, d'autres briguent uniquement la présidence du parti.

François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et Luc Chatel avant une conférence de presse au siège de l'UMP à Paris mardi 8 juillet 2014
François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et Luc Chatel avant une conférence de presse au siège de l'UMP à Paris mardi 8 juillet 2014
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

L'UMP s'est doté d'une nouvelle direction provisoire mardi 10 juin à l'issue d'un bureau politique. Le triumvirat Juppé/Fillon/Raffarin et Luc Chatel assure l'intérim à la tête du parti, en attendant le prochain congrès.

Entre l'élection de son président et la primaire en vue de 2017, certains se sont d'ores et déjà déclarés candidats à l'une ou l'autre des deux échéances.

Alain Juppé vise l'Élysée

Dans un billet publié sur son blog, intitulé "2017, bientôt", l'ancien Premier ministre "a décidé d’être candidat, le moment venu, aux primaires (sic) de l’avenir", dont il souhaite qu'elles se tiennent "au printemps 2016".

Comme François Fillon, le maire de Bordeaux fait partie du triumvirat qui a pris la direction provisoire de l'UMP. Il possède un avantage sur ses concurrents : il est plébiscité par les Français. Mais à droite, il reste derrière Nicolas Sarkozy.

La rédaction vous recommande

Bruno Le Maire veut "porter le renouveau" au sein de l'UMP

À lire aussi
Jean-Claude Gaudin le 7 avril 2015 au Sénat. Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin placé sous le statut de témoin assisté

Le député de l'Eure et ancien ministre Bruno Le Maire a annoncé mercredi 2 juillet 2014 sa candidature à la présidence de l'UMP. "Je serai candidat pour porter le renouveau que je défends depuis plus de deux ans", a-t-il déclaré sur BFMTV
   
Bruno Le maire, 45 ans, a notamment été collaborateur de Dominique de Villepin, puis secrétaire d'État aux Affaires européennes et ministre de l'Agriculture du gouvernement Fillon. 

Xavier Bertrand candidat à la primaire, pas à la présidence du parti

Le 11 juin dernier, Xavier Bertrand avait rappelé son ambition personnelle : être candidat à la primaire UMP pour la prochaine présidentielle.

L'ancien ministre du Travail ne vise pas la présidence du parti. En revanche, il soutiendrait une éventuelle candidature de François Baroin. Ce dernier ne s'est pas officiellement porté candidat. Mais "il s'est engagé à la tenue des primaires et il est contre toute alliance avec le FN", s'était félicité Xavier Bertrand. Depuis, le maire de Troyes a fait part qu'il visait plutôt la présidence de l'Association des Maires de France (AMF).

La rédaction vous recommande

François Fillon sera à la primaire "quoiqu'il arrive"

L'ancien Premier ministre est déjà candidat à la primaire pour représenter l'UMP en 2017. Membre du triumvirat provisoirement à la tête du parti, François Fillon n'a pas encore dévoilé clairement ses intentions. Va-t-il briguer la présidence de l'UMP lors du prochain congrès ? "Je n'exclus rien", a-t-il déclaré mercredi 11 juin.

Hervé Mariton brigue l'UMP mais pas l'Élysée

"Après en avoir discuté avec des parlementaires, des élus locaux, des acteurs de la société civile et reçu leur soutien, j'ai décidé de prendre mes responsabilités en me portant candidat à la présidence de l'UMP", a déclaré au Figaro le député de la Drôme jeudi 5 juin. "Si je suis élu, je ne serai pas candidat à la primaire" en vue de la présidentielle de 2017, a-t-il précisé.

La rédaction vous recommande

NKM "travaille à fond pour la primaire"

"J'ai décidé de ne pas être candidate à la présidence de l'UMP", a déclaré la députée de l'Essonne Nathalie Kosciusko-Morizet le 24 juillet dernier, ajoutant : "Je travaille à fond pour préparer la primaire" de l'UMP en vue de la présidentielle de 2017.

Nicolas Sarkozy, l'homme providentiel ?

Le retour de l'ancien chef de l'État n'a jamais été aussi proche. Alors que des indices étaient visibles depuis plusieurs mois, ses proches sont passés à la charge après l'annonce de la démission de Jean-François Copé. 

De Brice Hortefeux à Nadine Morano en passant par Geoffroy Didier ou encore Henri Guaino, tous souhaitent le retour de leur champion à la tête de l'UMP. Mais si un tel scénario se produit, la plupart d'entre eux sont contre l'idée d'une primaire, considérant Nicolas Sarkozy comme suffisamment légitime.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
UMP Politique Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants