1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidence de l'UMP : "La campagne s'est radicalisée", décrypte Vanessa Schneider
1 min de lecture

Présidence de l'UMP : "La campagne s'est radicalisée", décrypte Vanessa Schneider

REPLAY / ÉDITO - Mariage pour tous, immigration : la campagne pour la présidence de l'UMP aura pris un virage à droite, note la journaliste.

Vanessa Schneider
Vanessa Schneider
Crédit : RTL
Présidence de l'UMP : "La campagne s'est radicalisée", décrypte Vanessa Schneider
00:03:18
Présidence de l'UMP : "La campagne s'est radicalisée", décrypte Vanessa Schneider
00:03:13
Vanessa Schneider

Pour Vanessa Schneider, la compétition interne à l'UMP radicalise les positions à droite. On l'a vu avec le revirement de Nicolas Sarkozy sur l'abrogation du mariage pour tous, "dans le seul but de faire plaisir aux militants". Un autre thème fait l'objet de surenchère au sein de la droite : l'immigration.

Fin octobre, l'ancien Président a donné le ton en parlant d'un "sujet majeur" qui, selon lui, "menace notre façon de vivre". Il a encore durci son discours en parlant d'"assimilation" au lieu d'intégration. Un véritable glissement sémantique, pour la journaliste. Mais il n'est pas le seul.

Les responsables de l'UMP sont convaincus que seul un discours sur l'immigration peut contrer la poussée du FN

Vanessa Schneider

Renforcement des frontières européennes, mise en place de l'immigration choisie : les chefs de l'UMP "se marquent à la culotte" et les tabous sautent. Le débat sur la remise en cause du droit du sol est désormais ouvert.

Pour Vanessa Schneider, "les responsables de l'opposition sont convaincus que seul un discours sur l'immigration peut permettre de contrer la poussée du Front national". Pas question de passer pour un mou. Elle rappelle l'épisode des "pains au chocolat" lors de la bataille entre Jean-François Copé et François Fillon en 2012. "La ficelle était un peu grosse, mais Copé a remonté son retard sur son adversaire pendant toute la campagne en arrivant au coude-à-coude avec lui". Une leçon retenue depuis par Fillon.

À lire aussi

La journaliste trouve "consternant" de constater que 265.000 militants sont capables d'une telle influence sur le discours de leurs chefs. Elle rappelle qu'ils ne représentent pas la majorité de l'électorat de droite. "En jouant à cette course à l'échalote sur le terrain de l'immigration, les leaders de l'opposition manquent de sang-froid", regrette-t-elle, avant de conclure : "À l'UMP malheureusement, démocratie rime avec démagogie".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/