3 min de lecture Présidence UMP

Présidence de l'UMP : Hervé Mariton, le candidat "cohérent"

PORTRAIT - Le député de la Drôme se présente comme le plus "cohérent" des candidats à la présidence de l'UMP et fait une campagne sur ses "convictions".

Hervé Mariton
Hervé Mariton Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

"Le candidat des convictions". S'il devait choisir l'expression qui le décrit le mieux, nul doute qu'Hervé Mariton afficherait sa préférence pour ce qualificatif qu'il répète à l'envi au détour de chacune de ses interviews depuis plusieurs mois. Premier candidat déclaré à la présidence de l'UMP - c'était en juin dernier -, le député de la Drôme aime se définir comme étant "carré, droit, cohérent et constant".

Des idées qui ne changent pas

Une manière de tacler ses concurrents - qu'il se refuse à appeler "adversaires" -, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, aux idéologies, selon lui, plus fluctuantes. "Bruno Le Maire était assez centriste puis a pris un cap plus à droite (...) Nicolas Sarkozy, que l'on imaginait plus à droite, veut désormais rassembler le centre", raille-t-il au micro du Talk Orange-Le Figaro, mardi 25 novembre.

Celui qui a toujours voulu faire campagne sur le terrain des idées refuse d'être cantonné au simple rôle de figure de la lutte contre le mariage pour tous, qu'il veut abroger. "Les redressements économique et moral sont importants. Je suis très clair", assure-t-il. Assumant son "penchant libéral", Hervé Mariton veut notamment mettre fin aux 35 heures et instaurer la retraite à 65 ans, contrairement aux 63 proposés par Nicolas Sarkozy.

Le troisième homme

Mais derrière ce programme ne se cache a priori aucune ambition présidentielle. "Je n'en serai pas. Tout le monde sait que Nicolas Sarkozy revient pour ça et que Bruno Le Maire y pense très fort", balaie-t-il. Considérant qu'il est le seul à avoir respecté le caractère partisan du scrutin du 29 novembre prochain, l'ancien ministre de l'Outre-mer de Jacques Chirac (de mars à mai 2007) regrette de ne pas avoir pu débattre avec ses concurrents

À lire aussi
Jean-François Copé Primaire Les Républicains
Primaire de la droite : Copé s'explique sur sa lutte fratricide avec Fillon pour la présidence de l'UMP

Jamais mieux servi que par lui-même, Hervé Mariton a donc mis en ligne sur son site internet un comparatif des programmes des candidats à la présidence de l'UMP.

Je ne serai pas candidat à la primaire pour la présidentielle 2017

Hervé Mariton
Partager la citation

Placé très bas dans les sondages, aux alentours de 1%, le maire de Crest (Drôme) ne s'inquiète pas. Il se plaît même régulièrement à annoncer sa victoire au terme du second tour de l'élection. Si cette hypothèse apparaît peu probable, Hervé Mariton a une vraie chance d'obtenir un bien meilleur score. Comme il le rappelle lui-même, son nombre de parrainages - il en revendique 15.000 - lui assure quasiment de pointer à environ 5% des voix, le corps électoral se chiffrant à environ 270.000 personnes. 

D'anciens ministres à ses côtés

À la tête d'un mouvement, Droit au cœur, qu'il a lancé en novembre 2013, Hervé Mariton revendique un soutien parlementaire équivalent à celui de Bruno Le Maire et compte dans ses rangs les anciens ministres Hervé Gaymard, Thierry Mariani et Gérard Longuet, défenseurs d'une ligne libérale et conservatrice. Plus insolite est le soutien de Pénélope Fillon, épouse de l'ancien premier ministre. 

J'ai peur que le lendemain de la victoire de Sarkozy, on se retrouve dans un affrontement terrible

Hervé Mariton
Partager la citation

S'il n'affiche aucune ambition chiffrée, celui que l'on décrit comme "le troisième homme" pense réaliser un bon score, "au-delà" des 8% que lui a prédit Léa Salamé lors de son passage sur le plateau d'On n'est pas couché, le 11 octobre dernier.

Un candidat anti-Sarkozy ?

Critique envers ses adversaires, Hervé Mariton réserve ses meilleures attaques et réserves à Nicolas Sarkozy. "J'ai peur que le lendemain de sa victoire, on se retrouve dans un affrontement terrible", affirme-t-il à propos des rivalités qui risquent d'apparaître dans la course à la primaire pour la présidentielle. Parmi ses critiques figurent également le manque de clarté de la position de l'ex-chef de l'État à propos de la loi Taubira et sa volonté de changer le nom de l'UMP.

>
Hervé Mariton - On n'est pas couché 11 octobre 2014

Seul bémol à sa campagne : une critique maladroite de Bruno Le Maire. Le député UMP a en effet raillé les écrits de l'ancien ministre de l'Agriculture dans lesquels ce dernier décrit une scène de masturbation : "Moi, dans mes livres, je ne raconte pas comment ma femme me caresse le sexe. Je présente un réel projet". Des propos qu'il avait eu du mal à expliquer sur le plateau de Laurent Ruquier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidence UMP Hervé Mariton Bruno Le Maire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants