1 min de lecture Présidence UMP

Présidence de l'UMP : Bruno Le Maire compte battre Nicolas Sarkozy

Candidat à la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire a pris plusieurs fois le contre-pied de Nicolas Sarkozy, ce lundi soir sur TF1.

Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP, s'exprime durant l'université d'été du parti, le 30 août 2014
Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP, s'exprime durant l'université d'été du parti, le 30 août 2014 Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Je compte gagner parce que notre parti a besoin de renouveau", a déclaré Bruno Le Maire tel un défi à Nicolas Sarozy, ce lundi 22 septembre sur le plateau du JT de TF1.

Le député de l'Eure, candidat à la présidence de l'UMP, a pris plusieurs fois le contre-pied de l'ancien chef d'État en se portant notamment garant de "primaires ouvertes" pour la présidentielle.

"Je ne voudrais pas qu'on se trompe d'élection" le 29 novembre, jour de l'élection du nouveau président UMP par les militants du parti, "l'objectif n'est pas de prendre la revanche sur 2012", a-t-il souligné.

L'objectif n'est pas de prendre la revanche sur 2012.

Bruno Le Maire
Partager la citation

L'élu UMP "veut un parti dirigé par un président 100% disponible" et s'est porté "garant de la bonne organisation de primaires" qui seront "ouvertes" pour sélectionner le candidat à la présidentielle de 2017 comme le réclament Alain Juppé et François Fillon.

À lire aussi
Primaire Les Républicains
Primaire de la droite : Copé s'explique sur sa lutte fratricide avec Fillon pour la présidence de l'UMP

Nicolas Sarkozy a laissé planer le doute dimanche soir sur l'éventuelle tenue de primaires en 2016 s'il est élu président de l'UMP fin novembre.

Ne pas faire le jeu du FN

Alors que Nicolas Sarkozy a indiqué vouloir dépasser le clivage gauche-droite, Bruno Le Maire "croit au contraire que le clivage gauche-droite existe". "Ne faisons pas ce cadeau à Marine Le Pen (de dire qu'il n'y a plus de clivage)...", a-t-il lancé.

"Ce qui compte pour moi ce sont les militants", a-t-il encore plaidé, en n'oubliant que "les militants avaient réglé 11 millions d'euros" suite au dépassement des frais de campagne de la présidentielle de Nicolas Sarkozy. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidence UMP Bruno Le Maire Nicolas Sarkozy
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants