1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pourquoi les Le Pen ne sont pas côte à côte au Parlement européen
2 min de lecture

Pourquoi les Le Pen ne sont pas côte à côte au Parlement européen

Marine Le Pen aurait "très certainement" demandé à ne pas être à côté de son père, selon le secrétaire général en charge des non-inscrits au Parlement européen. La présidente du FN voulait siéger au milieu de ses troupes.

Marine Le Pen au Parlement européen de Strasbourg, le 2 juillet 2014
Marine Le Pen au Parlement européen de Strasbourg, le 2 juillet 2014
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Charlotte Haas
Charlotte Haas

Au Parlement européen, Marine Le Pen, porte le numéro 606. A la différence de la précédente mandature, trois sièges la sépare désormais de son père, Jean-Marie Le Pen. Un emplacement que la présidente du Front national aurait sollicité. 

Marine Le Pen s'éloigne de son père

"Marine Le Pen voulait être au milieu de ses troupes et pas trop près des autres partis extrémistes. Une façon sans doute pour elle de se démarquer", explique Eduardo Bughalo, secrétaire général en charge des non-inscrits.

C'est à lui que revient la mission de proposer une répartition des sièges des non-inscrits qui doit être validée par la conférence des présidents. Le placement de ces élus, au contraire des membres de groupes politiques, ne dépend pas de l'ordre alphabétique.

Le secrétaire général prend toutefois en compte les préférences des eurodéputés et essaye de les satisfaire au mieux. Marine Le Pen a-t-elle donc émis le souhait d'être séparé de son père ? "Oui, très certainement", estime-t-il, expliquant qu'"il s'agit de choix internes à la délégation française".

À lire aussi

Eduardo Bughalo n'a toutefois pas constaté de réactions particulières de Jean-Marie Le Pen vis-à-vis de ce choix. Contacté par nos soins, le Front national n'a, pour le moment, pas commenté cette information.

Distribuer les fauteuils, un processus fastidieux

"Le travail de répartition n'est pas toujours facile car chez les non-inscrits les demandes des députés s'expriment de manière individuelle. Ainsi, une majorité de non-inscrits ne peut pas décider sur une minorité de non-inscrits", explique le secrétaire général.
 
Le processus d'attribution des sièges met donc plus de temps qu'avec les groupes politiques : "Je vais voir chaque délégation une par une. Parfois, ça pose quelques problèmes mais on essaye de trouver des compromis"

Si le secrétaire général des non-inscrits pense que la répartition n'évoluera pas le mois prochain, de nouveaux arrangements peuvent avoir lieu à chaque session. Aussi, la composition des non-inscrits risque d'évoluer avec le temps. Surtout si Marine Le Pen parvient finalement à constituer un groupe au Parlement européen. 

La rédaction vous recommande

 

À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/