2 min de lecture Fête de l'Humanité

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon n'est pas à la Fête de l'Humanité

ÉCLAIRAGE - Le leader de la France insoumise a indiqué qu'il se rendrait sur l'île de La Réunion au même moment, rompant avec une tradition vieille de 10 ans.

Jean-Luc Mélenchon, le 19 février 2017
Jean-Luc Mélenchon, le 19 février 2017 Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

C'est une absence qui en dit long sur les relations entre les communistes et la France insoumise. Pour la première fois depuis dix ans, Jean-Luc Mélenchon ne participera pas au grand rassemblement faisant office d'université de rentrée pour les militants d'extrême gauche. La Fête de l'Humanité commence en effet ce vendredi 15 septembre, pour s'achever dimanche 17, période à laquelle le chef de file des Insoumis doit se rendre sur l'île de La Réunion

Pendant ces trois jours, Jean-Luc Mélenchon compte faire le plein de soutiens puisque sur le territoire d'Outre-mer, l'ex-candidat à l'élection présidentielle avait recueilli 24,53% des voix au premier tour. Un score qui lui avait permis de caracoler en tête, devant Marine Le Pen (23,46%) et Emmanuel Macron (18,91%). 

Le leader de la France insoumise a donc préféré se rendre en terrain conquis plutôt que dans les allées du parc de la Courneuve et laissera une délégation du parti y aller sans lui. Il faut dire que l'édition 2016 avait laissé un souvenir amer aux militants de la France insoumise. Le stand de la formation politique avait été vandalisé. Les logos avaient été arrachés, des membres de la sécurité avaient également retrouvé du matériel cassé et des excréments avaient été étalés sur tout l'emplacement. 

Des relations tendues avec le Parti communiste

Mais ce fâcheux événement n'est sûrement pas la seule raison qui a poussé Jean-Luc Mélenchon à ne pas se rendre sur place. Ses relations compliquées avec le Parti communiste peuvent également expliquer son absence. Si les communistes avaient pourtant soutenu le candidat à la présidentielle (contre l'avis de la direction du parti, ndlr), les élections législatives avaient été source de tensions, pour déboucher finalement sur deux groupes bien distincts à l'Assemblée nationale

À lire aussi
Parti communiste
Centenaire du Parti communiste : que représente le PCF en 2020 ?

"Il s'agit de ne pas donner matière à division des forces de gauche, à quelques jours de la mobilisation contre la loi Travail du 23 septembre", confie l'ex-directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon au Figaro, à propos du boycott de son chef de file. 

Du côté du Parti communiste, on regrette la décision de l'ancien candidat à l'élection présidentielle. "C'est dommage. (...) L'absence de Jean-Luc Mélenchon est regrettable, y compris vis-à-vis des militants qui se sont beaucoup dépensés pendant la campagne", a déploré Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, invité sur LCP. À la question d'un manque de respect de la part du leader de la France insoumise, il a même ajouté : "Oui, il y a de ça mais je n'ai pas envie de polémiquer. "Quand on est le premier opposant, ce n'est pas top d'être le premier absent", a raillé de son côté le porte-parole du parti Olivier Dartigolles. 

Si l'unité est loin d'être acquise entre les deux formations politiques, Pierre Laurent a souhaité sur BFMTV "que chacun apporte sa pierre" lors de la manifestation du 23 septembre contre la loi travail organisée par le parti de Jean-Luc Mélenchon. "S'il faut que le Parti communiste fasse un geste pour apaiser les choses, on enverra une délégation à cette manifestation", a déclaré le secrétaire national du parti. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fête de l'Humanité Jean-Luc Mélenchon La France insoumise
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants