1 min de lecture Marine Le Pen

Pour Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen est "compatible avec la République"

Nicolas Sarkozy a poursuivi mardi sa campagne de second tour tambour battant, affichant sa détermination à attirer les électeurs du Front national. A Longjumeau, dans l'Essonne, il a jugé Marine Le Pen "compatible avec la République". Avec la volonté de faire mentir tous les sondages et pronostics qui annoncent sa défaite le 6 mai, M. Sarkozy cherche à donner de lui-même une image de candidat déterminé et serein, "à l'écoute du peuple", de tous ceux qui "souffrent" de ne pas se sentir "considérés".

Nicolas Sarkozy dans les rues de Longjumeau
Nicolas Sarkozy dans les rues de Longjumeau
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Sarkozy, poursuivant sa campagne tambour battant, juge Le Pen "légitime"

Il l'a de nouveau assuré dans la ville dont sa porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet est le maire : ces quelque 6,5 millions d'électeurs qui ont voté Marine Le Pen (17,90%), ces "Français qui n'en peuvent plus", lui les "comprend" et se refuse à les "juger".

Après Saint-Cyr-sur-Loire lundi, il est allé redire mardi à Longjumeau qu'il était prêt "à prendre des engagements" vis-à-vis d'eux. "J'aurai l'occasion de (les) préciser" lors d'émissions télévisées, "sur TF1", mercredi soir, et "sur France 2, à Des paroles et des actes", jeudi soir, a-t-il assuré.

Dans un café de la rue François Mitterrand, où il a serré de nombreuses mains et s'est fait prendre en photo, il a expliqué à la presse qu'il lui fallait "prendre des engagements suffisamment précis pour que les électeurs (du FN) sachent qu'on a compris leur message et qu'ils aient la certitude qu'ils seront tenus".

Au surlendemain du premier tour de la présidentielle qui l'a placé à 1,45 point derrière son adversaire socialiste François Hollande (27,18% contre 28,63%), le candidat de l'UMP sait que ses chances sont minces, mais affiche sa "confiance".

Nicolas Sarkozy juge le FN "compatible avec la République"


"S'il y a une candidate du Front national, c'est qu'elle avait le droit d'être candidate. Ce vote n'est pas répréhensible. S'il était répréhensible, la République lui aurait interdit de se présenter'", a-t-il dit avant de prendre la parole lors d'un meeting à Longjumeau, dans l'Essonne.

"A partir du moment où vous vous présentez aux élections, où vous avez le droit de vous présenter aux élections, vous êtes compatible avec la République", a ajouté le président candidat, qui s'adressait à des journalistes.

Alors qu'il avait réussi en 2007 à capter dès le premier tour une large part des électeurs du Front national, ce qui l'avait mis en position idéale pour l'emporter, Nicolas Sarkozy, a été relégué dimanche en deuxième position du premier tour de la présidentielle, pénalisé par une forte poussée du vote FN.

Il a estimé que celle-ci traduisait un vote de crise et a entamé sa campagne du deuxième tour en déclarant vouloir s'adresser à la "France qui souffre", mettant en avant des thèmes comme l'immigration, la sécurité et la dénonciation de l'assistanat qui ont un écho dans cet électorat.

(avec agences)
Présidentielle : les résultats définitifs du premier tour (hémicycle)

Voir notre carte interactive des résultats (par commune, par département)
La carte des résultats du premier tour
2012 et vous OK

Lire la suite
Marine Le Pen Nicolas Sarkozy Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants