2 min de lecture Présidentielle 2017

Pour Jean-Pierre Raffarin, le départ d'Emmanuel Macron du gouvernement "est désespérant"

INVITÉ RTL - "La vie lui apprendra qu'on n'agit pas en dehors des leviers", a poursuivi l'ancien Premier ministre.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Jean-Pierre Raffarin était l'invité de RTL le 1er septembre Crédit Image : Camille Kaelblen / RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Clémence Bauduin

À l'ombre des candidats de sa famille politique et de ceux de la gauche, Jean-Pierre Raffarin, invité de RTL ce 1er septembre 2016, se livre à une analyse des derniers rebonds politiques, à commencer par la démission du ministre de l'Économie. "Monsieur Macron a des talents, c'est évident que ce n'est pas quelqu'un de nul. Il a des capacités. Mais il a engagé là une démarche lourde, grave, la déstabilisation du président de la République", estime l'ancien Premier ministre. "Est-ce que le président aura la possibilité d'être candidat ?", interroge-t-il. 

Pour lui, Emmanuel Macron, qui a quitté Bercy le 30 août, menace la base politique de François Hollande. "Un président de la République sortant ne peut pas se retrouver, dans les sondages préélectoraux, à des niveaux ridicules. Avec un niveau de popularité aussi faible qu'est celui du président de la République actuel, toutes ces candidatures affaiblissent le président sortant", estime Jean-Pierre Raffarin. Ce dernier estime que la cote de popularité d'un président sortant, s'il souhaite être candidat à sa propre succession, ne peut pas se trouver "en-deçà de 15%".

Macron oui, mais "dans une dizaine d'années"

Jean-Pierre Raffarin voit dans la démission d'Emmanuel Macron "un danger de fond sur ce qu'est la politique, le pouvoir". Pour lui, l'ancien ministre de l'Économie est "quelqu'un de jeune à qui l'on confie Bercy, alors que le problème n°1 du pays est l'économie, l'emploi. C'est quelqu'un qui a Bercy entre les mains et qui dit 'pour agir, il faut que je lâche le levier du pouvoir'. C'est désespérant. (...) Hélas la vie lui apprendra qu'on n'agit pas en dehors des leviers, estime-t-il. Il ne pourra pas agir sans avoir la puissance qu'est celle qui existe à Bercy".

"Je ne veux pas être trop sévère parce qu'Emmanuel Macron est quelqu'un d'estimable, mais sur le fond des choses, je trouve désespérant pour les Français de dire que, quand on est jeune, qu'on a eu la chance de se voir confier des responsabilités majeures en matière économique, et de se ditre 'je ne  peux pas agir, je rentre à la maison', c'est quelque part désespérant", considère l'ancien chef du gouvernement, pour qui Emmanuel Macron ne menace pas la candidature d'Alain Juppéqu'il soutient personnellement. "Pour atteindre le niveau, l'épaisseur, nécessaires pour devenir président de la République, il lui faudra à mon avis une petite dizaine d'années".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Jean-Pierre Raffarin Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants