1 min de lecture Assemblée nationale

Pour Jean-Pierre Raffarin, "il ne faut pas sous-estimer Manuel Valls"

Dans les colonnes du JDD, l’ancien Premier ministre assure que l’avenir de l'un de ses successeurs à Matignon est loin d’être écrit.

Manuel Valls à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017.
Manuel Valls à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017. Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
109117333772423871640
Geoffroy Lang

À l’approche de son retrait de la politique élective, Jean-Pierre Raffarin n’en demeure pas moins un observateur reconnu et aguerri de la vie politique. L’ancien Premier ministre, qui s’apprête à quitter son poste de sénateur à l’automne prochain, a livré ses impressions sur les premiers mois de la présidence d’Emmanuel Macron dans les colonnes du Journal Du Dimanche.

Jean-Pierre Raffarin a tenu à rendre hommage à Manuel Valls et à se montrer optimiste quant à l’avenir de l’ancien occupant de l’hôtel de Matignon. "Il ne faut pas sous-estimer Manuel Valls, malgré sa disparition actuelle”, assure-t-il malgré la discrétion du député de l’Essonne depuis sa réélection mouvementée à l’Assemblée nationale en juin dernier.

Une droite bientôt divisée en deux partis

Après avoir qualifié de "big-bang" la déferlante de La République en Marche aux élections législatives, Jean-Pierre Raffarin prédit de futurs séisme dans le paysage politique français, notamment à droite. Alors que la fracture entre les Constructifs et Les Républicains semble aujourd’hui irrémédiable, le sénateur de la Vienne pense que la droite devrait à nouveau se diviser en deux partis distincts. "Une nouvelle UDF n’est pas impossible" confie-t-il dans le JDD en référence à l’ancienne formation politique de centre droit. En perte de vitesse depuis la création de l’UMP en 2002, l’UDF s’est dissoute au sein du MoDem en 2007.

À lire aussi
Gilles Le Gendre à Paris, le 15 mai 2017 assemblée nationale
Gilles Le Gendre succède à Richard Ferrand à la tête du groupe REM à l'Assemblée

"Faut-il conserver une famille politique qui incarne à la fois la droite et le centre ou revenir à un schéma avec deux forces politiques : l'une qui combat à droite et l'autre qui combat au centre, avec un accord politique entre les deux ? C'est une vraie question de stratégie politique", s’explique-t-il. Pour prendre la tête du futur parti de centre-droit imaginé par Jean-Pierre Raffarin a même un nom en tête : Edouard Philippe, l’actuel chef du gouvernement. "Il est trop tôt pour dire s’il le pourra et le voudra, mais il peut être en situation", assure l’ancien Premier ministre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Manuel Valls Jean-Pierre Raffarin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789556898
Pour Jean-Pierre Raffarin, "il ne faut pas sous-estimer Manuel Valls"
Pour Jean-Pierre Raffarin, "il ne faut pas sous-estimer Manuel Valls"
Dans les colonnes du JDD, l’ancien Premier ministre assure que l’avenir de l'un de ses successeurs à Matignon est loin d’être écrit.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pour-jean-pierre-raffarin-il-ne-faut-pas-sous-estimer-manuel-valls-7789556898
2017-07-31 18:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Khixq-lT3TZZUpm8MaDEyA/330v220-2/online/image/2017/0731/7789557172_jean-pierre-raffarin-a-l-assemblee-nationale-le-5-juillet-2017.jpg