2 min de lecture François Hollande

François Hollande jouera "évidemment" un rôle important autour de Macron

Jean-Pierre Mignard, avocat proche de François Hollande, a anticipé le débouché de l'élection présidentielle dans un entretien pour "L'Opinion". Celui qui a rejoint le mouvement "En Marche !" pronostique une participation de François Hollande dans la future majorité.

François Hollande et Emmanuel Macron à l'Élysée, le 20 novembre 2014
François Hollande et Emmanuel Macron à l'Élysée, le 20 novembre 2014 Crédit : SIPA
Benjamin Pierret
Benjamin Pierret

La candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle serait annonciatrice d'un renouveau, selon Jean-Pierre Mignard. L'avocat, qui a quitté le Parti socialiste en décembre pour apporter son soutien au mouvement "En Marche !", s'est confié sur ce changement d'horizon dans un entretien accordé à L'Opinion. Une interview dans laquelle il analyse les raisons de la naissance de ce mouvement transversal et s'exprime sur ce qu'il pronostique pour l'après-élection.

"Après la présidentielle, il y a un autre chantier qui va s’ouvrir : créer un grand parti démocrate et progressiste qui sera au-delà d’"En Marche !", assure l'homme de loi. Les socialistes, au sein du PS, devront se poser la question de savoir s’ils veulent continuer à vivre ensemble." Pour Jean-Pierre Mignard, François Hollande "jouera évidemment un rôle important" au sein de la "future majorité", qu'il attribue à Emmanuel Macron. Il affirme parler toujours régulièrement au président de la République, dont il est un proche. Il interprète par ailleurs son refus de se présenter à l'élection présidentielle de 2017 comme "un acte civique d'une belle importance", qui prouve qu'il est "plus attaché à un dépassement du système qu'à son propre avenir".

La gauche se divise, comme la droite, sur la question européenne.

Jean-Pierre Mignard
Partager la citation

Il analyse également les raisons pour lesquelles François Hollande n'a pas été l'acteur de cette ouverture attendue par Macron, en rappelant qu'il a refusé de s'allier à François Bayrou en 2012 : "Le Président refuse de choisir car il pense qu’accepter la main tendue de François Bayrou, c’est acter une déclaration de guerre contre l’aile gauche du PS, l’extrême gauche et les Verts, qui ont appelé à voter pour lui."

Jean-Pierre Mignard fait enfin le lien entre crise politique et difficultés économiques : "Progressivement, la gauche se divise, comme la droite, sur la question européenne. Voilà pourquoi le système est en crise. Ce n’est pas l’économie ou le social, même s’il y a d’immenses efforts à faire, qui sont en crise. C’est la politique qui tient le reste."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants