2 min de lecture Présidentielle 2017

Pour Bruno Le Maire, les politiques sont "dépressifs ou alcooliques"

Le candidat malheureux de la primaire de la droite a laissé transparaître son spleen dans l’ouvrage "Divine comédie", à paraître cette semaine.

Bruno Le Maire à Paris le 13 octobre 2016.
Bruno Le Maire à Paris le 13 octobre 2016. Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
109117333772423871640
Geoffroy Lang

Après une première déconfiture lors de la primaire de la droite en novembre dernier, où il a vu Nathalie Kosciusko-Morizet le coiffer au poteau pour la 4e place, Bruno Le Maire est bien désœuvré depuis qu’il a quitté l’équipe de campagne de François Fillon en plein "Penelope Gate". Dans Divine comédie, un ouvrage sur les coulisses de la campagne présidentielle à paraître ce mercredi 29 mars, le député de l’Eure nous révèle sa vision très amère et désabusée du monde politique.

Après avoir pénétré dans l’intimité d’Alain Juppé avec Lapins et Merveilles en 2016, la journaliste Gaël Tchakaloff a tenté de faire de même avec plusieurs candidats à l’élection présidentielle avec Divine comédie. Avec cet aperçu dans les coulisses de l’élection présidentielle, on découvre un Bruno Le Maire frustré par sa performance au premier débat de la primaire de la droite et du centre. Le candidat regrette ainsi de ne pas avoir réussi à mettre "ses tripes sur ma table".

L’ancien ministre de l’Agriculture espère encore que tous ses sacrifices n’aient pas été vains : "La politique, ça écrase tout le reste de la vie, ça absorbe tout, ça prend tout, ça vole tout. Si je perds, j’aurai dilapidé tout ce temps, sans ma femme, sans mes enfants, en pure perte".

À lire aussi
Emmanuel Macron lors de son meeting à la Bercy Arena en avril 2017 lors de la campagne présidentielle présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : la plainte d'Anticor envers plusieurs candidats classée sans suite

La politique, ça écrase tout le reste de la vie

Bruno Le Maire
Partager la citation

"La politique, ça attire les névrotiques. On l’est tous. Ce n’est pas la politique qui rend névrotique, on l’est avant, on s’y retrouve", lâche-t-il plus loin, avant d’apporter des précisions : "Les deux névroses les plus courantes en politique, c’est le narcissisme, évidemment, et la haine de soi. Le pouvoir, c’est la guérison de la haine de soi." Mais le portrait très sombre qu’il dresse de la classe politique ne s’arrête pas là, comme le relèvent nos confrères du Lab.

"Les hommes politiques, ils sont dépressifs ou alcooliques", assène Bruno Le Maire. "Parce que la folie de la politique, c’est qu’il ne faut jamais voir les choses telles qu’elles sont, il faut se projeter au-delà, nier la réalité. Et, en même temps, il faut être lucide sur la réalité, philosophe l’ancienne étoile montante de l’UMP, c’est la dissociation permanente, le décalage entre ta réalité et ton rêve. Les deux ne coïncident jamais sauf le jour où tu es élu. C’est pour cela qu’après, ça crée la dépression".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Bruno Le Maire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787832774
Pour Bruno Le Maire, les politiques sont "dépressifs ou alcooliques"
Pour Bruno Le Maire, les politiques sont "dépressifs ou alcooliques"
Le candidat malheureux de la primaire de la droite a laissé transparaître son spleen dans l’ouvrage "Divine comédie", à paraître cette semaine.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pour-bruno-le-maire-les-politiques-sont-depressifs-ou-alcooliques-7787832774
2017-03-27 11:36:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AdKaguWQFc3V8Oo0aPMCtQ/330v220-2/online/image/2017/0326/7787832978_bruno-le-maire-a-paris-le-13-octobre-2016.jpg