2 min de lecture Bernard Tapie

Bayrou : envoyer Lagarde au FMI était "un risque pour la France"

Le président du MoDem a déploré la nomination de Christine Lagarde au FMI, arguant que l'éventuelle mise en examen de la présidente du FMI dans l'affaire Tapie pourrait ternir l'image de la France.

"Nous sommes un petit nombre d'élus et de journalistes à avoir vu la gravité de cette affaire pour l'État", a-t-il rappelé
"Nous sommes un petit nombre d'élus et de journalistes à avoir vu la gravité de cette affaire pour l'État", a-t-il rappelé Crédit : AFP / Sébastien Bozon
Julie Reynié Journaliste RTL

François Bayrou regrette la nomination de Christine Lagarde à la tête du FMI il y a deux ans. Pour le président du Modem, elle donne une mauvaise image de la France, a-t-il lancé ce mercredi 22 mai, à la veille de la convocation de l'ancienne ministre par la Cour de justice de la République (CJR) dans le cadre de l'affaire Tapie

"Une directrice générale du FMI qui serait impliquée dans une affaire de détournement d'argent public,...Après ce qui s'est passé avec Dominique Strauss-Kahn, c'est terriblement affaiblissant pour notre image internationale et pour le FMI", a souligné sur BFMTV l'ancien candidat à la présidentielle.

"C'est un risque pour la France qui a été pris délibérément et tout le monde, à droite et à gauche, avait applaudi à sa nomination", rappelle le leader centriste qui avait été l'un des rares hommes politiques à pointer, il y a deux ans, le risque d'une telle nomination en raison du dossier Tapie :

À lire aussi
Éric Woerth (Les Républicains), le 9 octobre 2018 à Paris. justice
Affaire Tapie : Éric Woerth visé par une enquête de la CJR pour une ristourne fiscale

"Nous sommes un petit nombre d'élus et de journalistes à avoir vu la gravité de cette affaire pour l'État", a-t-il rappelé

On est "à la veille d'un moment très important"

"L'État, c'est fait pour défendre les honnêtes gens, les contribuables et un certain principe civique d'honnêteté", a-t-il lancé en soulignant que "depuis le premier jour", il lui était apparu "que des sommes qui se comptent par centaines de millions avec un préjudice moral de 45 millions d'euros", ce n'était "pas possible, c'est contraire aux principes et contraire à la loi".

"C'est ce que disent aujourd'hui dans l'acte d'accusation les magistrats de la Cour de justice de la République et on est donc à la veille d'un moment très important dans lequel la justice fait son travail, avance et va défendre les principes qui devraient être le pacte moral de toute une nation", a-t-il assuré.

Pour le leader centriste, "Bercy doit non seulement se constituer partie civile pour accéder au dossier" mais, dit-il, "il faut aussi que l'État, s'il y a révélation de ce détournement, de cette fraude, attaque la sentence arbitrale qui lui a couté 400 millions d'euros et exige son remboursement, ne serait-ce-que pour les principes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bernard Tapie François Bayrou Affaire Tapie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7761612424
Bayrou : envoyer Lagarde au FMI était "un risque pour la France"
Bayrou : envoyer Lagarde au FMI était "un risque pour la France"
Le président du MoDem a déploré la nomination de Christine Lagarde au FMI, arguant que l'éventuelle mise en examen de la présidente du FMI dans l'affaire Tapie pourrait ternir l'image de la France.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pour-bayrou-envoyer-lagarde-au-fmi-etait-un-risque-pour-la-france-7761612424
2013-05-22 22:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4QoknhVqv1LoGqpzxma0Ig/330v220-2/online/image/2012/0328/7746001368_francois-bayrou-en-meeting-a-besancon-le-27-mars-2012.jpg