1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pierre Moscovici : la Commission européenne "n'est pas un lot de consolation"
1 min de lecture

Pierre Moscovici : la Commission européenne "n'est pas un lot de consolation"

INVITÉ RTL - L'ancien ministre de l'Économie et des Finances a été choisi par François Hollande pour devenir le commissaire européen français. Une fonction qu'il pense mériter.

Pierre Moscovici, invité de RTL, lundi 4 août 2014
Pierre Moscovici, invité de RTL, lundi 4 août 2014
Crédit : Charlotte Haas / RTL.fr
Pierre Moscovici : la Commission européenne "n'est pas un lot de consolation"
10:27
"La France mérite qu'on lui fasse confiance", dit Pierre Moscovici
01:01
Pierre Moscovici : la Commission européenne "n'est pas un lot de consolation"
10:23
Philippe Corbé


"La poursuite d'un projet de vie publique". C'est ainsi que Pierre Moscovici qualifie sa participation future à la Commission européenne. Rappelant son "engagement européen viscéral", l'ancien ministre ne considère pas le poste de commissaire européen comme "un lot de consolation" après avoir été écarté du gouvernement.

"Je pense avoir le pedigree", ajoute le député PS du Doubs. Alors que Bruno Le Maire (UMP) regrettait que l'on envoie, selon lui, à Bruxelles des personnalités politiques que l'on ne voulait plus voir en France, Pierre Moscovici appelle à l'unité : "La Commission européenne doit transcender les luttes partisanes".

"La France mérite qu'on lui fasse confiance"

Le socialiste précise toutefois qu'il n'oubliera pas la France pour autant. "Demain, je représenterai l'intérêt général européen mais je n'oublierai pas mes idées ni d'où je viens, affirme-t-il. L'Europe, ce n'est pas le contraire de la Nation".

Alors que la France aimerait que son représentant obtienne les affaires économiques, l'Allemagne semble s'y opposer. "Pour moi, l’amitié franco-allemande est une clé essentielle. La réconciliation doit être une discipline et un engagement quotidiens. Il y a des pays qui doivent se soutenir et se respecter l’un l’autre. Il faut se garder de réflexe anti-germanique", répond l'ancien ministre. Et de conclure : "La France mérite qu'on lui fasse confiance".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/