1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Philippot : Aliot lui répond et quitte la présidence de son mouvement
2 min de lecture

Philippot : Aliot lui répond et quitte la présidence de son mouvement

ÉCLAIRAGE - Le compagnon de Marine Le Pen a laissé les commandes de son think tank à un proche, afin de contraindre Florian Philippot à faire de même avec son association Les Patriotes.

Florian Philippot et Louis Aliot.
Florian Philippot et Louis Aliot.
Crédit : RTLnet
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Les lendemains de défaite sont rudes au Front national. Mis en cause par Florian Philippot, à qui Marine Le Pen demande de quitter expressément la présidence des Patriotes, Louis Aliot a finalement renoncé à la direction du think tank FN "Club Idées & Nation", mercredi 20 septembre.

"Dans un souci d'apaisement et pour mettre fin à un faux procès, c'est Édouard Ferrand (eurodéputé FN proche de Louis Aliot, ndlr) qui présidera à compter de ce jour le Club Idées & Nation", a tweeté le compagnon de Marine Le Pen. Ce think tank est en relatif sommeil depuis l'élection présidentielle de 2012, lors de laquelle il avait organisé plusieurs colloques programmatiques.

La veille, le conseiller régional du Grand-Est, défenseur d'une ligne sociale-souverainiste, avait ironisé sur les exigences de Marine Le Pen supposément à géométrie variable. "Jamais rien n'a été demandé" à Louis Aliot - alors qu'il est "également président d'une association", avait déploré Florian Philippot, actuel numéro deux du Front national.

Florian doit prendre la même décision que Louis

David Rachline, directeur de la campagne présidentielle de Marine Le Pen

"C’est assez puéril comme argumentation", a balayé rapidement la présidente frontiste sur CNews. Marine Le Pen accentue la pression à l'encontre de son ancien protégé et lui demande de prendre une décision dans les plus brefs délais, sous peine de faire ce choix "pour lui".

À lire aussi

Compagnon de Marine Le Pen ou non, les règles sont-elles les mêmes pour tout le monde au Front national ? Pour éviter le sujet, Louis Aliot a donc passé la main. "Florian doit prendre la même décision que Louis : apaisement, rassemblement derrière Marine et débat serein pour un #NouveauFront", a tweeté mercredi midi David Rachline, directeur de la dernière campagne présidentielle de Marine Le Pen.

La contestation interne monte en puissance

Les opposants à la ligne Philippot mènent une campagne active depuis plusieurs jours, notamment sur les réseaux sociaux. Preuve en est avec l'épisode du "Couscousgate", qui avait valu à Florian Philippot une avalanche de critiques pour avoir commandé un couscous dans un restaurant strasbourgeois et assumé le tout sur Twitter.

Quand Gilbert Collard, député du Gard, demandait à Florian Philippot d'"arrêter la boursouflure de l'égo" le 6 septembre, Jean-Marie Le Pen appellait sur RTL le FN à le ramener "à sa place et seulement sa place" le 19 septembre.

Politiquement, l'influence de la ligne de Florian Philippot serait réduite à peau de chagrin, regrettait Sophie Montel, lieutenante de Florian Philippot écartée de la présidence du groupe FN de la région Bourgogne-Franche Comté. Le 3 septembre, la principale lieutenante de Florian Philippot avait dénoncé une "rediabolisation" du Front national, regrettant qu'actuellement les partisans de "l'union des droites" l'emportent sur ceux qui comme elle défendent le "ni droite ni gauche" du vice-président du parti Florian Philippot.

"Moi je vois se dégager depuis un certain nombre de mois pour ne pas dire d'années, je vois une rediabolisation du FN, mais qui est du fait du FN". Ce qui n'empêche pas Marine Le Pen de marteler son message, selon lequel "il n'y a pas de crise au Front national".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/