1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pénurie d'essence : Manuel Valls et Emmanuel Macron chargent les syndicats
1 min de lecture

Pénurie d'essence : Manuel Valls et Emmanuel Macron chargent les syndicats

REPLAY - Le Premier ministre dénonce le "chantage" de la CGT, tandis que Emmanuel Macron appelle ceux qui bloquent les raffineries à laisser "avancer" la France "qui travaille".

Le Premier ministre Manuel Valls suivi d'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, à la sortie de Matignon, le 21 juillet 2015.
Le Premier ministre Manuel Valls suivi d'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, à la sortie de Matignon, le 21 juillet 2015.
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Emmanuel Macron : "Il faut laisser avancer la France qui travaille"
00:23
Julien Absalon & AFP

Des centaines de stations-service sont toujours à sec, dans le nord et l'ouest, à cause des blocages liés à la mobilisation des routiers contre la loi Travail. Face aux problèmes de réapprovisionnement auxquels sont confrontés les automobilistes français, le gouvernement hausse le ton et cible notamment la CGT. Le syndicat, véritable chef de file de ces actions de blocage de raffineries, a d'ailleurs lancé un appel à la grève illimitée à la RATP à partir du 2 juin.

Emmanuel Macron a ainsi fermement rappelé à l'ordre les manifestants, lundi 23 mai en début de soirée. "On peut avoir des désaccords dans une société démocratique (...) mais en aucun cas les violences ne sont acceptables. Et en aucun cas vouloir bloquer l'économie, pour penser avoir plus de capacité à se faire entendre, n'est acceptable. Je crois qu'il y a une France qui travaille, qui produit et qui croit en son avenir. Il faut la laisser avancer", a déclaré le ministre de l'Économie dans des propos recueillis par RTL.

Dans le même temps, Manuel Valls, en déplacement en Israël, a dénoncé le "chantage" d'une partie de la CGT tout en appelant les Français "à ne céder à aucune panique". "L'État fait preuve d'une grande fermeté pour qu'il n'y ait pas de pénurie de carburants. Nous continuerons à agir pour débloquer la situation", a-t-il ajouté à Jérusalem.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/