7 min de lecture François Fillon

Revivez le meeting de François Fillon à la Villette

MINUTE PAR MINUTE - Après une semaine noire, ponctuée par les révélations de presse, François Fillon va tenter de relancer sa campagne ce dimanche 29 janvier.

>
Revivez le meeting de François Fillon à la Villette Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : AFP | Date :
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

L'image est symbolique. François et Penelope Fillon, côte à côte, les yeux embués, ont été ovationnés dimanche 29 janvier à leur arrivée porte de la Villette. Sous les cris de "Penelope, Penelope", l'épouse du candidat s'est vue offrir un bouquet de fleurs, avant de s'installer au premier rang parmi les ténors du parti, tels que Alain JuppéBruno RetailleauGérard Larcher ou Thierry Solère.

Affaibli et meurtri par les révélations du Canard Enchaîné du 24 janvier sur le supposé emploi fictif d'attachée parlementaire qu'aurait occupé Penelope Fillon en échange de 500.000 euros, François Fillon, sous le coup de nouvelles accusations portées par Mediapart et le JDD, va tenter de relancer une campagne décidément compliquée, marquée par les tensions internes au parti Les Républicains et l'incompréhension autour de ses intentions quant à l'avenir de la Sécurité sociale.

13.500 personnes se seraient inscrites pour participer au meeting à en croire les chiffres du candidat. La date du dimanche 29 janvier n'a pas été choisie au hasard. Le candidat des Républicains fait ainsi face au second tour de la primaire de la gauche. La bataille de la mobilisation et de la communication entre les candidats a commencé.

À lire aussi
Penelope et François Fillon, le 9 avril 2017 justice
François Fillon assure que le travail de son épouse "était pour l'essentiel oral"
>
Live iTELE Durée : |

Revivez le meeting de François Fillon

17h33 - François Fillon a terminé son discours. Il est désormais entouré de toute son équipe sur la scène de la porte de la Villette.

17h30 -
"Je vais le défi du redressement national. Oui sur le chemin de la victoire, il y aura des vents contraires, on va franchir les bourrasques, nous irons ensemble à la rencontre des forces. Nous irons droit vers la victoire, droit vers les grandeurs, droit vers les Français. La France qui résiste, la France libre."

17h28 - "Oui, je veux une société de nouvelles libertés, où chacun se sentira davantage maître de sa vie et utile pour les autres. Vous voyez comme nous sommes loin de la purge et des programmes technocratiques."

17h24 - François Fillon évoque ses adversaires divisés en "quatre gauches". 
"La bataille sera difficile, notre adversaire n'a pas un visage, il en a quatre. Il y a quatre gauches, dont l'extrême-droite : la gauche numéro un, la gauche pure et dure, c'est Mélenchon, le Fidel Castro de Youtube, la gauche numéro 2, c'est la gauche socialiste, l'équipage du Titanic hollandais, la gauche numéro 3, c'est Macron. Il dit avoir un projet, je l'attends. Il fait croire qu'il est seul, il a fait le programme de Hollande. Macron, c'est le sortant, c'est le bilan de Hollande. Et puis, il y a la gauche numéro 4, c'est le Front national : de la dépense publique à n'en plus finir, c'est le programme du Parti communiste des années 70. Aujourd'hui, l'original c'est Jean-Luc Mélenchon et la copie, c'est Marine Le Pen. C'est la politique de la ruine."

17h20 - Pour garantir la souveraineté française, "il faut un vrai président de la République", dit-il en opposition à François Hollande. "L'Europe doit être pour la France un amplificateur de souveraineté. Je me bats pour une Europe politique, je milite pour une Europe qui tient ses frontières, pas une Europe passoire. Si je suis élu, je renégocierai la directive travailleurs détachés pour en faire respecter le principe. Je veux l'Europe, mais avec la France debout comme dirait Philippe Séguin. La France doit être redressée, l'Europe il faut la reconstruire, l'avenir c'est la civilisation européenne."

17h17 - "La France doit tenir son rang à travers une politique d'indépendance nationale. Une France libre de combattre le totalitarisme islamique."

17h15 -
"Je veux la dissolution immédiate de tous les mouvements qui se réclament du salafisme ou des Frères musulmans. Le catholicisme, le judaïsme ne dénoncent pas les règles de la République. La religion musulmane doit accepter sans condition tout ce que les autres religions ont accepté par le passé. C'est une bataille idéologique et une bataille spirituelle que nous devons mener ensemble."

17h13 - "L'immigration sans intégration, sans assimilation doit être stoppée. Je veux réduire l'immigration à un strict minimum avec des quotas. Avec les clandestins, la France doit être intransigeante. Je conditionnerai l'aide au développement à la collaboration de leur pays d'origine."

17h12 - "La sécurité doit être partout, oui je veux rétablir les peines planchers pour les récidivistes. Un délit, une sanction."

17h10 - François Fillon dénonce le "chaos français" : Nuit debout, Notre-Dame-des-Landes... "Je veux remettre de l'ordre dans le chaos français."

17h08 -
"Oui, nous abrogerons la réforme des rythmes scolaires et nous laisserons les collectivités locales choisir leur organisation." Avant de proposer "une valorisation massive de l'alternance, le port d'un uniforme scolaire." "Nous sommes en queue du peloton européen : la gauche a fait pensé l'endoctrinement avant l'intelligence, elle s'est attaquée à tout ce qui était synonyme d'excellence." 

17h07 - La famille est le premier cercle de la tendresse. Je relèverai le quotient familial, je protégerai les droits de l'enfant."

17h06 - François Fillon fait référence au dixième anniversaire de la mort de l'Abbé Pierre. "J'engagerai un plan pluriannuel de lutte contre l'exclusion.
Il y a une loi de programmation pour la défense, il y aura une loi de programmation pour une guerre contre la pauvreté.

17h05 - François Fillon développe son projet pour les personnes handicapées, en faisant référence à Jacques Chirac.
"Je tourne les applaudissements vers lui. Ce combat pour les personnes handicapées, ce sera mon combat."

17h04 - "Je veux une santé pour tous. Je ne veux pas moins de Sécurité sociale pour les Français, je veux plus de Sécurité sociale pour les Français."

17h02 - François Fillon reproche à la gauche de "ne plus croire dans la croissance".
"C'est la croissance par le travail qui finance notre protection sociale. Je veux nous en donner les moyens en agissant pas en rêvant. Mon ambition sociale, c'est assurer une retraite digne à nos anciens." Il propose donc de retarder l'âge de la retraite à 65 ans. "Il propose de revaloriser de 300 euros par an pour les pensions de moins de 1.000 euros".

17h01 -
"Face au camp de l'anesthésie, je suis le candidat du travail et du pouvoir d'achat. Un pays qui travaille plus gagne plus. La fin des 35 heures dans le privé, l'augmentation du salaire direct, le relèvement du quotient familial pour les familles."

16h58 - François Fillon a un message à destination des fonctionnaires. "Salariés, indépendants, fonctionnaires, nous sommes tous sur le même navire. Passer nos fonctions publiques à 39 heures, c'est du bon sens, c'est redonner à nos fonctionnaires une perspective de carrière. Réduire notre nombre d'agents publics sur le quinquennat de 8%, c'est raisonnable. Oui, je suis l'ennemi de la bureaucratie, pas l'ennemi des fonctionnaires. Il y a peu de tâches aussi nobles. C'est à eux que je pense, nous allons leur rendre leur fierté."

16h55 - François Fillon développe ses propositions économiques. "Je fonce pour une France du plein emploi, une France productive. Il faut en parallèle remettre nos finances publiques en ordre. Je baisserai massivement les charges qui pèsent sur le coût du travail et la feuille de paie des Français. Le gain pour les Français : 250 euros par an, je sortirai des 35 heures sans démagogie, sans diktats. Je généraliserai l'apprentissage, qui doit devenir la première voie d'accès à l'emploi pour les jeunes, je développerai le statut d'autoentrepreneur, oui je veux libérer tous les secteurs : l'agriculture, les services, la construction. Nous allons effectuer une marche de fond."

16h53 - "Faire de la France la première puissance européenne" est l'ambition de François Fillon. "Nous allons faire de notre pays celui de l'audace plutôt que celui de la bureaucratie, le pays des initiatives plutôt que des circulaires."

16h52 - François Fillon songe à "défendre les valeurs de la France" face à l'islam radical. 

16h51 - Deux petits avertissements à Donald Trump : "Tous les États qui chercheraient à rompre les accords de Paris sur le climat devraient en rendre compte à l'humanité". Il a aussi fait valoir "la souveraineté" de la France.
"Être à genoux ou debout, c'est la question. Ma réponse debout toujours, à genoux jamais."

16h50 - Nous voyons un pays défait, plongé dans une crise morale sans précédent, un pays où l'on n'investit plus, sans chef, une classe politique effrayée à l'idée d'affronter un monde nouveau. Plutôt de trembler devant cette Révolution numérique, il faut lui laisser sa chance."

16h47 -
Je ne cesserai jamais de vous parler de la France : c'est la même France du baptême de Clovis à la Déclaration des droits de l'Homme, c'est la France des rois, c'est la France de De Gaulle et c'est la France de Césaire. La France ne nous demande rien, mais nous lui devons tout."

16h46 - "On m'a décrit comme le représentant d'une France traditionnelle. Je ne renie pas ma foi personnelle, comme mes engagements politiques.
Je récuse ces divisions inutiles dont s'abreuvent nos adversaires.

16h44 - "
Ma parole n'est pas soufflée par le microcosme, je veux incarner la fierté d'une nation qui ne se laisse pas abattre, il n'y a pas un peuple de droite et de gauche, il n'y a qu'un seul peuple, le peuple français. L'audace du changement est en nous."

16h41 - François Fillon revient sur son parcours, évoque le camp d'Auschwitz, Verdun, l'histoire de la France.

16h40 - Il m'est insupportable d'entendre dire que la France n'a qu'un avenir : le revenu universel". "C'est l'assistanat universel". Un petit tacle à la proposition phare du programme de Benoît Hamon.

16h38 - François Fillon défend une nouvelle fois son épouse face aux accusations. À 3 mois de l'élection présidentielle, on construit un scandale. À travers Penelope, on cherche à me casser, qu'on laisse ma femme en dehors de ce débat politique. Je veux dire à Penelope que je l'aime et je ne pardonnerai jamais à ceux qui ont voulu nous jeter aux loups."

16h33 - "Je viens de loin et on ne m'intimidera pas", lance François Fillon. "Dès le début Penelope est à mes côtés avec discrétion. Nous n'avons rien à cacher. Nous n'avons qu'un seul compte au Crédit Agricole de Sablé-sur-Sarthe". Elle est ovationnée.

16h32 François Fillon dit un "immense merci" à Alain Juppé et demande au public de lui faire un "triomphe". Le candidat des Républicains veut tourner "nos 15.000 pensées vers Nicolas Sarkozy.

16h30 - François Fillon prend la parole et annonce la participation au meeting de la Villette de 15.000 personnes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Fillon Penelope Fillon Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786980150
Revivez le meeting de François Fillon à la Villette
Revivez le meeting de François Fillon à la Villette
MINUTE PAR MINUTE - Après une semaine noire, ponctuée par les révélations de presse, François Fillon va tenter de relancer sa campagne ce dimanche 29 janvier.
https://www.rtl.fr/actu/politique/penelope-et-francois-fillon-emus-et-ovationnes-au-meeting-de-la-villette-7786980150
2017-01-29 16:12:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HxqxVAN82NFzEdTjoML3cw/330v220-2/online/image/2017/0129/7786980523_francois-et-penelope-fillon-a-la-villette-ou-le-candidat-tient-son-premier-grand-meeting-de-campagne-dimanche-29-janvier-2017.jpg