3 min de lecture Les Républicains

Pécresse-Wauquiez : la guerre des chefs qui se trame chez Les Républicains

ÉCLAIRAGE - Xavier Bertrand a annoncé qu'il ne se présenterait pas à la présidence des Républicains. Restent en compétition Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, qui incarnent la fracture au sein du parti.

Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, le 23 mars 2013
Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, le 23 mars 2013 Crédit : PIERRE VERDY / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Nous continuons à vivre ensemble mais ça fait bien longtemps qu'on ne s'aime plus". Cette phrase n'est pas issue d'un épisode d'une série à l'eau de rose. Elle est, selon Xavier Bertrand, le résumé de la situation pour Les Républicains. Dans les colonnes du Journal du Dimanche, le président de la région Hauts-de-France annonce qu'il ne briguera pas la présidence du parti en novembre prochain. Pourquoi ? "Je ne crois plus aux partis politiques à l'ancienne (...) On ne fait pas neuf avec du vieux. Même si j'ai conscience que je peux l'emporter, je ne serai pas le responsable d'une nouvelle guerre des chefs", répond Xavier Bertrand

En effet, une nouvelle guerre guette Les Républicains. Après celle qui avait déchiré l'UMP entre Jean-François Copé et François Fillon, la droite pourrait connaître un affrontement entre Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse. Le président de la région des Hauts-de-France distribue les bons et les mauvais points. "Valérie Pécresse serait une très bonne candidate. Je suis prêt à lui apporter mon soutien. Pour gagner, la droite et le centre doivent rassembler, et pas cliver, se réinventer, renouer avec la France populaire, parler à la fois à l'ouvrier et au chef d'entreprise, à l'infirmière et au chirurgien, à l'agriculteur et au fonctionnaire, au rural et à l'urbain".

En ce qui concerne Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand estime qu'"il court après l'extrême droite. Il le dit-lui-même et même Marion Maréchal-Le Pen se dit prête à travailler avec lui ! Mais il n'y a pas que ça : il est le candidat de Sens commun".

À lire aussi
Le logo du parti Les Républicains (illustration) polémique
"La seule chose qui domine chez les Républicains, ce sont leurs divisions"

La ligne Wauquiez contestée par une partie des Républicains

Laurent Wauquiez a répondu au ténor des Républicains sur Twitter : "Amis : ne répondez pas aux invectives et caricatures. Ne laissons pas les médiocres aigreurs nous détourner du seul objectif qui compte : la reconstruction d'une droite fière de ses valeurs". Au sein des Républicains, le match avait déjà commencé, dès le second tour des élections législatives. Marianne raconte qu'il a d'ailleurs déjà identifié ses adversaires : "Valérie risque de n'avoir qu'un seul député Les Républicains dans sa région, elle est très affaiblie, et Xavier Bertrand peut toujours faire valoir sa ligne anti-FN, en attendant, les seuls députés frontistes risquent d'être élus dans les Hauts-de-France", rapporte des proches du vice-président du parti.

L'hebdomadaire ajoute que "s'il compte sur la présumée faiblesse de ses concurrents, Laurent Wauquiez sous-estime peut-être le rejet qu'il suscite dans son parti. 'Si c’est Wauquiez, je pars', entend-on dans les rangs des Républicains. L’ancien maire du Puy-en-Velay, qui tente de creuser le sillon d’une droite dure et catholique, peut néanmoins s’appuyer sur le soutien de l’Auvergnat Brice Hortefeux, qui ne rate pas une occasion de rappeler tout le bien qu’il pense de lui. 'Les sarkozystes soutiendront Wauquiez, plus parce qu’ils sont paumés que par conviction', modère une affidée de l’ancien chef de l’État". Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été la cible des attaques des "Constructifs", et plus précisément de Thierry Solère. Sur BFMTV, "le naufrage de la droite, c'est la présence au rassemblement de Fillon au Trocadéro (...) La ligne politique de Laurent Wauquiez ne me paraît absolument pas être ce qu'il faut pour la droite française".

Pécresse veut rester maître de sa candidature

"Pour les soutiens de Laurent Wauquiez, tout le camaïeu des 'Constructifs' n'est qu'une coalition d'opportunistes. Pour les prochains supporters de Valérie Pécresse, tout ce qui fleure encore le fillonisme ou le sarkozysme ne serait que repli réactionnaire. Derrière la présidente de la région parisienne, se met en place une coalition anti-Wauquiez, voyant dans le patron de la région lyonnaise un 'radicalisé' tenté par une idylle avec Marion Maréchal-Le Pen. Le vice-président des Républicains, lui, attisera le ressentiment des militants contre les 'traîtres' manquant de solidité face à Macron", explique Le Figaro.

Selon nos informations, les propos de Xavier Bertrand auraient aussi déclenché quelques critiques du côté de Valérie Pécresse. La présidente de la région Île-de-France ne se "laissera pas dicter son agenda". Les cadres des Républicains n'ont pas tellement apprécié l'initiative. "Cette interview déborde de prétention", lâchait dimanche soir un baron du parti.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Valérie Pécresse Laurent Wauquiez
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789109152
Pécresse-Wauquiez : la guerre des chefs qui se trame chez Les Républicains
Pécresse-Wauquiez : la guerre des chefs qui se trame chez Les Républicains
ÉCLAIRAGE - Xavier Bertrand a annoncé qu'il ne se présenterait pas à la présidence des Républicains. Restent en compétition Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, qui incarnent la fracture au sein du parti.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pecresse-wauquiez-la-guerre-des-chefs-qui-se-trame-chez-les-republicains-7789109152
2017-06-26 16:23:57
https://cdn-media.rtl.fr/cache/njtyvFjWylSwdLyrWetPSg/330v220-2/online/image/2017/0626/7789111602_valerie-pecresse-et-laurent-wauquiez-le-23-mars-2013.jpg