1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Pas de remise en cause du temps légal de travail et des 35 heures", annonce le Premier ministre Manuel Valls
1 min de lecture

"Pas de remise en cause du temps légal de travail et des 35 heures", annonce le Premier ministre Manuel Valls

Au lendemain d'une déclaration critique d'Emmanuel Macron sur les 35h, Manuel Valls a réagi fermement.

Manuel Valls le 23 juin 2015.
Manuel Valls le 23 juin 2015.
Crédit : DANIEL ROLAND / AFP

Le Premier ministre Manuel Valls a affirmé vendredi qu'il n'y aurait pas de "remise en cause du temps légal de travail et des 35 heures", ajoutant que les "petites phrases" font "mal à la vie publique", au lendemain d'une déclaration critique d'Emmanuel Macron sur ce sujet.

Emmanuel Macron s'était exprimé jeudi face aux patrons de l'université d'été du Medef en des termes salés sur la politique de gauche concernant le temps de travail. "La gauche (...) a pu croire à un moment (...) que la France pourrait aller mieux, en travaillant moins. C'était des fausses idées" avait martelé le ministre devant une assistance galvanisée par cette accusation.

Les petites phrases font mal à la vie publique

Manuel Valls, Premier ministre

"Les Français n'ont rien à faire avec les polémiques qui tirent vers le passé. Il n'y aura pas de remise en cause du temps de travail et des 35 heures. (...) Les vrais sujets sont l'emploi et la croissance. Les petites phrases font mal à la vie publique", a déclaré Manuel Valls lors d'une visite d'un centre d'apprentis à Châlons-en-Champagne. 

Le Premier ministre a ajouté que "beaucoup a déjà été fait pour permettre aux entreprises de négocier des assouplissements" des 35h. Manuel Valls a également estimé qu'"Emmanuel Macron travaille bien, sa loi est une loi concrète"

À lire aussi

Plusieurs voix se sont élevées au PS après les propos du ministre de l'Économie, comme celle du président de l'Assemblée nationale : "le moins que l'on puisse dire est que cette phrase est une fausse bonne idée", a ainsi réagi Claude Bartolone, sur France Info. "Il a quelque part insulté Jaurès, Léon Blum, François Mitterrand, Lionel Jospin et Martine Aubry", a dénoncé le député PS Yann Galut.

De son côté, Emmanuel Macron a tenté de se rattraper vendredi matin auprès de l'AFP. Il a affirmé que lorsqu'il parlait de "fausses idées de la gauche" hier à l'université d'été du Medef, il ne mentionnait en aucun cas les 35h.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/