1 min de lecture Élections régionales

Pas-de-Calais : François Hollande salue Xavier Bertrand et appelle à la "concorde"

Le chef de l'État a salué jeudi à Neuville-Saint-Vaast Xavier Bertrand, vainqueur dimanche des régionales dans le nord grâce au retrait de la gauche, louant les valeurs de "fraternité", de "solidarité" et appelant à "la concorde".

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
François Hollande a effectué un déplacement symbolique dans le Nord le 17 décembre, aux côtés de Xavier Bertrand Crédit Image : AFP | Crédit Média : Franck Antson | Durée : | Date : La page de l'émission
Franck Antson - correspondant RTL dans le Nord
Franck Antson et Camille Kaelblen

Une poignée de main rapide mais chaleureuse : c’était l’image que François Hollande entendait bien donner, jeudi 17 décembre à Neuville-Saint-Vaast (Nord-Pas-de-Calais). Le chef de l’État s’est rendu à l’inauguration d’un monument commémorant les fraternisations durant la Première Guerre mondiale, cérémonie où était également présent Xavier Bertrand, le nouveau patron de droite de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Un moment aussi protocolaire que symbolique, donc, durant lequel le chef de l’État a même lancé un “Bonjour Monsieur le Président” au gagnant des élections régionales.

Un discours au ton rassembleur

L’esprit était donc à l’unité lors de cette cérémonie, qui s’est déroulée sous les yeux de descendants d’anciens combattants, et a d’ailleurs été saluée par l’actuel président socialiste de région Daniel Percheron. “ll y a là non pas l’union nationale, qui hante un peu les esprits comme souvent en période de tragédie historique, mais l’unité nationale. Il est vraisemblable que les Français sont d’accord, mais ils ne le savent pas.

La politique française c'est des coups bas, mais c'est quand même pas une guerre des tranchées

Christian Carion, réalisateur
Partager la citation

Christian Carion est le réalisateur du film Joyeux Noël, qui relate les fraternisations des armées française et allemande en décembre 1914 et 1915. "Je trouve qu’on met la fraternisation à toutes les sauces. En 1914, il est quand même question de gens qui se tirent dessus, qui en meurent et qui finissent pas arrêter. La politique française, y’a des coups bas mais c’est quand même pas une guerre de tranchées", estime-t-il. Le discours de François Hollande a ensuite été très rassembleur, sur ces terres où le Front national est arrivé largement en tête lors du premier tour des élections présidentielles. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections régionales Régions Nord
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants