1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Parti socialiste : la candidature d'Olivier Faure sème la zizanie
2 min de lecture

Parti socialiste : la candidature d'Olivier Faure sème la zizanie

CONFIDENTIELS RTL - La candidature du patron du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée vient se rajouter à celles de Luc Carvounas et de Stéphane Le Foll. La belle unité affichée au PS a semble-t-il volé en éclats après le retrait de Najat Vallaud-Belkacem.

Olivier Faure, à l'Assemblée nationale le 28 juin 2017
Olivier Faure, à l'Assemblée nationale le 28 juin 2017
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Parti socialiste : la candidature d'Olivier Faure sème la zizanie - Les Confidentiels RTL
00:03:21
Parti socialiste : la candidature d'Olivier Faure relance la foire d'empoigne
00:03:18
Vincent Derosier & La rédaction numérique de RTL

Après Luc Carvounas et Stéphane Le Foll, Olivier Faure se lance dans la bataille pour la présidence du Parti socialiste. Le patron du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée nationale et député de Seine-et-Marne l'a annoncé mardi 9 janvier au soir au siège du parti, à huis clos devant quelques-uns de ses camarades représentant la motion majoritaire du dernier congrès socialiste, à Poitiers en 2015.

Une candidature qui se veut rassembleuse (Olivier Faure a même assuré avoir cherché à prévenir les candidats déjà déclarés de ses intentions), mais qui ne fait pas que des heureuxLuc Carvounas, par exemple, a contesté en privé avoir été tenu informé.

On notera surtout que les principaux membres de ce courant "majoritaire" - parmi lesquels Stéphane Le Foll, qui était absent mardi soir - étaient censés s'être entendus au mois de décembre sur le principe d'une candidature unique. À l'époque celle, éventuelle, de Najat Vallaud-Belkacem semblait écraser la concurrence. Mais l'annonce de son retrait le week-end dernier a fait voler en éclats cette belle unité.
Au point qu'à en croire le récit du Figaro (daté 10 janvier), Olivier Faure aurait eu un échange téléphonique pour le moins rugueux avec Stéphane Le Foll, dimanche 7 janvier. "Personne ne veut de toi", "C'est ce qu'on verra !", se seraient-ils lancés à la figure. Le premier reprochait au second d'empêcher le renouvellement générationnel à la tête du parti.

La rédaction vous recommande

D'où cette double déclaration de candidature lundi : publique, avec Stéphane Le Foll le matin dans Le Maine Libre, et Olivier Faure le soir devant les siens. L'ancien ministre de l'Agriculture aurait voulu couper l'herbe sous le pied du second.

À quoi joue "Camba" ?

À lire aussi

Reste à savoir à quel jeu joue dans cette histoire l'ancien patron du parti, Jean-Christophe Cambadélis. Il a justement été aperçu mardi à l’heure du déjeuner dans un bistrot proche de l'Assemblée nationale. Le genre de bistrot où l'on va pour être vu (croyez-en mon expérience), en tout cas lorsque l'on s’installe comme lui tout près de l'entrée. Il y était en compagne de Stéphane Le Foll justement et de François Rebsamen, autre "Hollandais historique".

Son protégé Rachid Temal, le coordinateur du parti qui avait convoqué la réunion de mardi soir, n'a pourtant pas écarté en fin de semaine dernière la possibilité de sa propre candidature pour la tête du PS lors du prochain congrès.

À noter que la députée Valérie Rabault, qui soutient Olivier Faure, se verrait bien le remplacer à la tête du groupe à l'Assemblée nationale, si celui-ci l'emporte. À moins que cela ne se fasse même plus tôt, si des députés demandaient à Olivier Faure de se mettre en retrait de la présidence pour faire campagne.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.