2 min de lecture Marine Le Pen

Otages : Marine Le Pen gênée par la "barbe", le "chèche" et "l'habillement"

"J'ai trouvé ces images étonnantes, cette extrême réserve étonnante, leur habillement étonnant", a commenté Marine Le Pen à propos du retour des otages.

Marine Le Pen, présidente du Front national, le 26 octobre 2013
Marine Le Pen, présidente du Front national, le 26 octobre 2013 Crédit : AFP / THOMAS BREGARDIS
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

À la vue des images des otages français libérés, Marine Le Pen a ressenti un "malaise". La présidente du Front national a dit jeudi 31 octobre sur Europe 1 avoir été gênée par leur réserve, leurs vêtements, leurs barbes. Pressée de s'expliquer, l'eurodéputée a répondu : "On avait l'impression d'avoir des images d'hommes qui étaient très réservés, c'est le moins qu'on puisse dire, les deux qui portaient la barbe taillée d'une manière assez étonnante, l'habillement était étrange".

"Cet otage avec le chèche sur le visage ...Tout ça mérite peut-être quelques explications de leur part". "J'ai ressenti un malaise et je pense que je n'ai pas été la seule", a poursuivi Marine Le Pen. Mais quel est donc le fond de sa pensée ? Où veut-elle en venir ? Pense-t-elle qu'ils ont été islamisés pendant leur détention par des ravisseurs extrémistes ? "Je n'irai pas jusqu'à faire des théories, je ne serais pas dans mon rôle", a-t-elle éludé.

"J'ai trouvé ces images étonnantes, cette extrême réserve étonnante, leur habillement étonnant", a aussi déclaré la députée européenne. Comme la radio demandait à la présidente du Front national si elle avait été touchée par l'accueil à l'aéroport militaire de Villacoublay des quatre hommes détenus pendant trois ans, elle a répondu : "Ces images m'ont laissée dubitative".

"C'est problématique de payer une rançon"

Sur un autre point, celui de l'hypothèse d'une rançon versée, la présidente du FN a assuré qu'il fallait prendre le risque de ne jamais en verser. Interrogée sur le versement d'une rançon, démenti par les autorités françaises, Marine Le Pen a observé que dans ces affaires d'enlèvements, "à chaque fois, d'après ce que l'on sait, la France a payé une rançon et à chaque fois, elle a dit qu'elle n'en avait pas payé, bien entendu".

À lire aussi
Gilbert Collard, invité de RTL le 3 août 2020 Rassemblement National
"Marine Le Pen devrait faire la chasse aux mauvais génies" du RN, selon Gilbert Collard

"C'est problématique de payer une rançon, d'autres pays ont fait le choix inverse, de ne pas payer", a-t-elle commenté. "Plus vous payez de rançon, plus vos compatriotes sont 'bankables' ", "une cible de choix pour des groupes mafieux ou fondamentalistes". "Dans l'esprit des fondamentalistes, les Français, c'est rentable, et ça, c'est dramatique", a insisté la dirigeante frontiste. Le fait de ne pas payer "ne veut pas obligatoirement dire que les otages vont mourir", a poursuivi la présidente du FN. "C'est un risque qu'il faut prendre. Nous avons des services de renseignement et une armée capables de récupérer, je le crois, nos otages, sans avoir à verser de rançons qui sont une incitation à réitérer à l'infini les enlèvements de Français".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marine Le Pen Info Otages
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants