2 min de lecture Baccalauréat

Oraux du bac et fin du ramadan : la droite dénonce une circulaire... prise par la droite

De nombreuses personnalités politiques de droite ont critiqué la décision de La Maison des examens visant à reporter les oraux du bac pour les élèves célébrant la fin du Ramadan.

François Fillon.
François Fillon. Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

La Maison des examens, qui gère l'organisation des examens en Île-de-France, a annoncé lundi 4 juillet que les oraux des élèves faisant le Ramadan pourraient être reportés. En effet, la fête musulmane de l'Aïd-el-Fitr, qui marque la fin du jeûne musulman, aura lieu le 6 juillet, jour des premières épreuves orales pour les élèves dont la moyenne à l'examen est inférieure à 10/20. Une note a été envoyée aux proviseurs des lycées afin que les élèves "invoquant la fête de l'Aïd-el-Fitr soient convoqués le lendemain (jeudi 7 juillet, ndlr)".

Certains chefs d'établissement se demandent comment cette demande peut s'appliquer. Dans Le Parisien, Philippe Tournier, le secrétaire général du syndicat national des chefs d’établissements SNPDEN s'étonne : "Faudra-t-il qu'on demande un à un à nos élèves s'ils font l'Aïd ? C'est inconcevable. Et si tous les élèves nous disent oui, parce qu'ils préfèrent avoir une journée de plus pour réviser, que va-t-on faire ?". Les politiques, notamment ceux de droite, sont montés au créneau, mais pas pour les mêmes raisons.

Une circulaire prise par François Fillon

Christian Estrosi ne s'est pas prié de mettre en cause la ministre de l'Éducation nationale. "Initiative de l'administration ou volonté de Najat Vallaud-Belkacem ? La République ne se négocie pas!"

Éric Ciotti, député dans le même département et soutien officiel de Nicolas Sarkozy s'il se présente à la primaire, s'est offusqué, quant à lui, dans un communiqué de presse. "Non content d'avoir démissionné face à la multiplication des revendications religieuses, voici que le ministère de l'Éducation nationale les encourage et les fabrique, créant ainsi une brèche dans laquelle les pourvoyeurs du communautarisme ne manqueront pas de s'engouffrer."

À lire aussi
Des copies du baccalauréat dans une salle d'épreuve (illustration) baccalauréat
Coronavirus en France : l'oral du bac de français aura-t-il lieu ?

Nouvelle preuve que le secrétaire général adjoint des Républicains a définitivement abandonné son protégé de l'époque de la guerre Copé-Fillon puisque c'est François Fillon, alors ministre de l'Éducation nationale de droite, qui a permis cette dérogation. Jean-François Copé, qui a jugé "inadmissible" le report des oraux du bac pour ceux fêtant le Ramadan, était pourtant un collègue de François Fillon...

Cette circulaire du 18 mai 2004, reposant sur le principe de laïcité, stipule que "l'institution scolaire et universitaire, de son côté, doit prendre les dispositions nécessaires pour qu'aucun examen ni aucune épreuve importante ne soient organisés le jour de ces grandes fêtes religieuses (...) Des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses qui ne coïncident pas avec un jour de congé et dont les dates sont rappelées chaque année par une instruction publiée au Bulletin officiel." François Fillon s'est abstenu de tout commentaire sur le sujet sur Twitter...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Baccalauréat Ramadan Examens
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants