1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "On est au commencement de la fin du quinquennat", pour Alain Duhamel
1 min de lecture

"On est au commencement de la fin du quinquennat", pour Alain Duhamel

REPLAY / ÉDITO - Écoutez ou réécoutez L'Edito d'Alain Duhamel de Alain Duhamel du 12 févr. 2016.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
"On est au commencement de la fin du quinquennat", pour Alain Duhamel
03:47
"On est au commencement de la fin du quinquennat", pour Alain Duhamel
03:47
Alain Duhamel & La rédaction numérique de RTL

Au lendemain de ce qui devrait rester le dernier remaniement du mandat de François Hollande, "on est au commencement de la fin du quinquennat" pour Alain Duhamel. Le président de la majorité a souhaité élargir sa majorité en faisant venir les trois écologistes et le radical de gauche Jean-Michel Baylet au gouvernement. Cette nouvelle équipe gouvernementale vient marquer la dernière séquence du quinquennat. "Il reste théoriquement 14 mois et les trois mois de la campagne sont neutralisés", fait remarquer Alain Duhamel.

François Hollande va devoir agir au plus vite s'il veut tenter de redresser l'économie française. D'autant que la primaire de la droite du centre va encore rallonger le calendrier électoral, y compris pour le président de la République selon Alain Duhamel : "Il reste donc 6 mois utiles !"

Tout n'est pas perdu pour François Hollande

"En écoutant les médias ce matin, on avait l'impression que le quinquennat c'était déjà fini : c'était le glas, c'était les funérailles.", s'amuse Alain Duhamel qui mesure néanmoins le défi périlleux qui attend François Hollande. D'où la mise en place "d'une équipe pour le combat présidentielle". Mais pour espérer reconquérir l'opinion, le président de la République doit maintenant produire "des résultats, en l'absence desquels il n'y aura pas d'inversion de la courbe de popularité".

Si l'éditorialiste politique souligne qu'il "peut se passer des événements inattendus qui peuvent changer la donne", François Hollande peut aussi "espérer dans ses adversaires : avec un front national fort et une droite divisée, il peut espérer de se faufiler".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/