1 min de lecture La Rochelle

Olivier Falorni, tombeur de Ségolène Royal, sera à La Rochelle pendant les universités d'été du PS

RÉACTION - Exclu du PS pour avoir présenté une candidature dissidente aux législatives de 2012, le député ne compte pas "raser les murs" lors des universités d'été du parti.

Olivier Falorni a battu Ségolène Royal lors des élections législatives de juin 2012.
Olivier Falorni a battu Ségolène Royal lors des élections législatives de juin 2012. Crédit : Xavier Leoty - AFP
Générique 1
Vincent Derosier et La rédaction numérique de RTL

Il ne sera peut-être pas le bienvenu mais en tout cas, il ne compte pas se cacher. Olivier Falorni, candidat dissident et tombeur de Ségolène Royal aux législatives de 2012, compte bien croiser les socialistes lors de leurs universités d'été, du 23 au 25 août prochains. Comme chaque année, ces journées sont organisées dans sa circonscription, à La Rochelle.

"La ville n'appartient pas à l'appareil du Parti socialiste", explique-t-il à RTL. "J'entends y faire mon travail, j'entends rencontrer qui je veux et personne ne me l'interdira."

La Rochelle n'appartient pas à l'appareil du PS

Olivier Falorni
Partager la citation

"On n'organise pas pendant huit ans cette manifestation sans créer des liens forts avec les militants, des responsables, des ministres", poursuit-il. "Je suis chez moi, il est hors de question que je rase les murs. Il est hors de question que pendant trois jours je fuis La Rochelle parce que les socialistes sont là."

Ni réconciliation, ni réintégration à l'horizon

Pas de photo de famille, ni de réconciliation avec son ex-adversaire Ségolène Royal à l'horizon. "L'enjeu n'est pas là", balaye Olivier Falorini. "Je souhaite que le PS trouve sa place, qu'il soit un parti d'avant-garde et pas un parti à la remorque."

Je souhaite que le PS ne soit pas un parti à la remorque

Olivier Falorni
Partager la citation
À lire aussi
Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le 25 juin 2019 urgences
La Rochelle : Agnès Buzyn chahutée lors de sa visite aux urgences

Exclu du PS pour avoir osé défier l'élue l'an passé, le député siège depuis dans les rangs des radicaux de gauche à l'Assemblée nationale, même si sa famille, assure-t-il, c'est le PS : "C'est François Hollande qui m'a fait adhérer." La réintégration n'est pourtant pas à l'ordre du jour, même s'il "ne faut jamais dire jamais en politique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La Rochelle Parti socialiste Ségolène Royal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants