1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Notre-Dame-des-Landes : "Pas d'affaiblissement de l'État" affirme Griveaux sur RTL
1 min de lecture

Notre-Dame-des-Landes : "Pas d'affaiblissement de l'État" affirme Griveaux sur RTL

INVITÉ RTL - Le porte-parole du gouvernement a salué la décision d'abandonner le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Benjamin Griveaux, secrétaire d'État au ministère de l'Économie et des finances.
Benjamin Griveaux, secrétaire d'État au ministère de l'Économie et des finances.
Crédit : Francois Mori / POOL / AFP
Notre-Dame-des-Landes : "Pas d'affaiblissement de l'État" affirme Griveaux sur RTL
07:12
Notre-Dame-des-Landes : "Pas d'affaiblissement de l'État" affirme Griveaux sur RTL
06:59
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Après 50 ans de controverse et de débats, le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a définitivement été enterré par le gouvernement d'Édouard Philippe. Invité de RTL, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a affirmé qu'"il n'y a pas d'affaiblissement de l'État dans cette décision", malgré le résultat contraire de la consultation des habitants de Loire-Atlantique du 26 juin 2016.

Les partisans de Notre-Dame-des-Landes, Jean-Marc Ayrault et Johanna Rolland, maire de Nantes, en tête, parlent d'un "déni de démocratie." "Ils (les électeurs de Loire-Atlantique, ndlr) avaient été consultés avec une question qui consistait à répondre : tout ou rien du tout. Or, il y a une évidence qui s'est imposée, c'est que le Grand Ouest français a besoin de capacités aéroportuaires nouvelles."

Pour justifier cette décision, en décalage avec la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux invoque un contexte différent. "À l'époque, il n'y avait pas d'alternative au projet de Notre-Dame-des-Landes. La médiation a eu lieu, la décision est prise aujourd'hui, ce n'est pas ce que j'appelle ne pas restaurer l'autorité de l'État", assure Benjamin Griveaux, qui réfute les rumeurs selon lesquelles Nicolas Hulot aurait mis sa place au gouvernement dans la balance pendant le débat. "Chaque ministre a pleinement conscience de la solidarité gouvernementale dont il doit faire preuve."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/