1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Notre-Dame-des-Landes : comment la décision a-t-elle été prise en coulisses
2 min de lecture

Notre-Dame-des-Landes : comment la décision a-t-elle été prise en coulisses

Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes mercredi 17 janvier. Une décision historique qui met fin à 50 ans de débats.

Édouard Philippe et Nicolas Hulot, le 17 janvier 2018
Édouard Philippe et Nicolas Hulot, le 17 janvier 2018
Crédit : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Les coulisses de l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes
02:05
Vincent Derosier & Marie Zafimehy

Le jour le plus long pour le gouvernement ? Il était un plus de 13h30 mercredi 17 janvier, lorsqu'Édouard Philippe a annoncé l'abandon du projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une décision historique qui met fin à 50 ans d'hésitation.

Celle-ci a été prise lundi. En tête à tête à l'Élysée, sur les coups de 19h30, Édouard Philippe et le président Macron se sont retrouvés autour d'un bon dîner pour faire le point. Pas de grand débat. D'après plusieurs conseillers, ils sont sur la même longueur d'ondes : il faut en finir avec "cet aéroport de la division", formule née ce soir-là et prononcée ce mercredi par Édouard Philippe.

Les deux hommes font le même constat : les consultations ont fait remonter l'exaspération des pro et des anti-aéroport. Plus personne ne veut d'une nouvelle médiation, il faut trancher. Un constat qui tombe à pic : ils veulent abandonner tous les deux. Édouard Philippe est chargé d'écrire un discours argumenté, précis, offensif. 

Un discours qu'il termine hier soir. Le tout est envoyé à l'Élysée dans la nuit. Le Président relit l'ensemble le matin-même : un conseiller confie que le discours a été validé à la virgule près.

À regarder

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne le projet de constrcution d'un nouvel aéroport
01:16

Une décision commune

À lire aussi

Une décision commune mais qu'il a été difficile de trancher selon l'Élysée et Matignon qui assure avoir hésité jusqu'au bout. En réalité, ils penchent pour l'abandon depuis au moins plusieurs jours. Mais le dire publiquement aurait vexé tous ceux qui ont été reçus à Matignon jusqu'au dernier moment.

Quoi qu'il en soit, d'après un proche d'Édouard Philippe, le Premier ministre est parti en weekend vendredi dernier en expliquant qu'il devait se poser chez lui au calme pour réfléchir. Et c'est ce dimanche qu'il a semble-t-il pris la décision définitive : la même que le chef de l'État.

Des ministres divisés

Quant aux ministres, ils ont été consultés deux fois : le 13 décembre dernier en Conseil des ministres et surtout lundi après midi. Mais seulement les 5 ministres concernés, c'est-à-dire Nicolas Hulot, Jean-Yves Le Drian, Élisabeth Borne, Nicole Belloubet et Gérard Collomb se retrouvent pour donner un dernier avis. 

"La ministre des transports Élisabeth Borne est alors pour l’abandon comme Nicolas Hulot", raconte un des témoins. Ce qui est sûr c'est que dans ce dossier ils sont deux à avoir mouillé la chemise : Édouard Philippe on le sait, et Emmanuel Macron, ça on le sait moins. 

D'après les informations de RTL, le Président a appelé des élus lui-même et notamment Philippe de Villiers la semaine dernière. Rappelons que le créateur du Puy-du-fou est un fervent opposant au projet. 

Les ministres eux ne vont pas rester les bras croisés. Ce matin en Conseil des ministres le message a été le même pour tous : "Allez défendre notre décision". Et d'après un conseiller, l'ensemble du gouvernement s'apprête à occuper les matinales radio et télé demain pour faire de la pédagogie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/