1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Notre-Dame-des-Landes : Bruno Retailleau dénonce une médiation qui n'est "pas neutre"

Notre-Dame-des-Landes : Bruno Retailleau dénonce une médiation qui n'est "pas neutre"

REPLAY - INVITÉ RTL - L'ancien président du Conseil régional des Pays de la Loire redoute un rapport anti-aéroport de la part des trois experts nommés par le gouvernement.

Bruno Retailleau, invité du 28 novembre
Bruno Retailleau, invité du 28 novembre
Crédit : Essia Lakhoua/RTL
Notre-Dame-des-Landes : Bruno Retailleau dénonce une médiation qui n'est "pas neutre"
06:02
L'invité RTL du week-end du 21 octobre 2017
05:43
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

La guerre entre pro et anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'est pas près de se terminer. Alors qu'une manifestation est prévue ce samedi 21 octobre, l'un des fervents défenseurs du projet, le député Bruno Retailleau, affirme qu'il n'est pas surpris de la pugnacité des opposants. "Ces gens-là pensent qu'à force de manifester, avec une opposition, ce qu'on appelle la ZAD avec des gens ultras violents, ils pourront inverser le mouvement naturel des décisions de justice". L'ancien président du Conseil régional des Pays de la Loire a ainsi rappelé que plus de 180 décisions avaient été rendues en faveur du nouvel aéroport

"Ils pensent que la rue peut renverser le verdict de la démocratie", a-t-il ajouté, évoquant la consultation publique réalisée il y a plus d'un an, où le "oui" l'avait emporté à plus de 55%. Mais l'ex-président du Conseil régional des Pays de la Loire a également fustigé l'action du gouvernement dans ce dossier, lequel a en effet nommé trois experts chargés de réaliser une mission de médiation. "On a constaté que sur les trois experts, deux étaient contre Notre-Dame-des-Landes. Le gouvernement a sciemment nommé des gens qui ont des partis pris. La mission de médiation n'est pas neutre", a-t-il regretté. 

Bruno Retailleau est également revenu sur l'action de Nicolas Hulot, farouche opposant du projet. Il aurait d'ailleurs menacé de démissionner si le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes venait à se concrétiser. "On va fonder une décision politique sur les caprices ou le chantage à la démission d'un ministre ?", s'insurge le député vendéen, qui rappelle que depuis dix ans an France, "vous ne trouverez pas de projet plus expertisé, plus étudié et plus soumis à la contradiction que celui de Notre-Dame-des-Landes". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/