1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Nicolas, souviens-toi d'Édouard !", lance Éric Zemmour
1 min de lecture

"Nicolas, souviens-toi d'Édouard !", lance Éric Zemmour

REPLAY / BILLET - Fort de son succès au départementales, le président de l'UMP roule vers 2017. C'est en tout cas ce qu'il espère. Attention à l'excès d'optimisme, prévient le journaliste.

Éric Zemmour
Éric Zemmour
"Nicolas, souviens-toi d'Édouard !", lance Éric Zemmour
03:18
"Nicolas, souviens-toi d'Édouard !", lance Éric Zemmour
03:19
Éric Zemmour

Nicolas Sarkozy est aux anges : il a gagné son pari et ses premières élections à la tête de l'UMP. "Il a gagné, c'est plié. Il en est convaincu, il les aura tous : Hollande, rien qu'un minable usurpateur ; Valls, rien qu'un immonde imitateur ; Juppé, rien qu'un héritier ; Fillon, rien tout court ; et Marine Le Pen, qui n'a rien gardé de la culture de son père", lance Éric Zemmour.

Et que dire de ces journalistes qui l'ont "enterré cent fois", et de ces juges "petits pois hargneux" qui le harcèlent ? "Depuis qu'il a découvert la littérature, il se prend pour le comte de Monte-Cristo, rêve de vengeance, mais il ne le dit pas", analyse le journaliste. 

Pour lui, quand Nicolas Sarkozy dit que "l'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera", il pense : "Dans deux ans je suis à l'Élysée". C'est là que le bât blesse. Car pour Éric Zemmour, Sarkozy se trouve dans la situation de Balladur, à qui il a fallu deux ans pour passer de "vainqueur irrésistible" à "perdant irrémédiable".

Il ne peut rien arriver à Nicolas Sarkozy. Rien, enfin trois fois rien !

Éric Zemmour

Nicolas Sarkozy est "libéral, mais sans prononcer le mot". Il est "européen, tout en critiquant Bruxelles".

À lire aussi

Aurait-il déjà gagné la présidentielle de 2017. "Il ne peut rien lui arriver. Rien, enfin trois fois rien", lance le journaliste. Des régionales à la proportionnelle "qui réinstallent aux yeux de tous le Front national en premier parti de France" ; des juges "qui lui donnent des nouvelles de Libye et du Qatar" ; un nouveau parti ("Les Républicains"), "trop américain pour les uns, sœur jumelle de la gauche républicaine de Valls pour les autres". Sans oublier les primaires et Alain Juppé.

"Parfois la nuit, Sarkozy se réveille en sursaut. Une voix d'outre-tombe lui a murmuré : souviens-toi d'Édouard !", conclut Éric Zemmour.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/