1 min de lecture Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy veut "tout changer" pour sortir la France de la crise

Selon des confidences concédées à ses visiteurs rapportées dans "Le Figaro Magazine", l'ancien Président aurait commencé à livrer sa recette pour sortir la France de la crise.

Nicolas Sarkozy à Nice, le 10 mars 2014.
Nicolas Sarkozy à Nice, le 10 mars 2014. Crédit : VALERY HACHE / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

"Il faut tout changer". Tel est le constat sévère dressé par Nicolas Sarkozy dans les colonnes du Figaro Magazine daté du vendredi 20 juin. Un mot d'ordre qui ne s'adresse pas tant à l'UMP, touchée de plein fouet par l'affaire Bygmalion, qu'à la France, véritable cible des desseins de l'ancien Président. 

Pas d'interview au programme mais de nombreuses confidences distillées par les visiteurs de l'ancien locataire de l'Élysée, au fil desquelles se dessinent les contours de la ligne politique qu'il entend embrasser pour revenir au pouvoir.

Il veut dépasser tous les clivages

S'il n'en est encore qu'au "temps de la réflexion" pour 2017, Nicolas Sarkozy porte un regard très critique sur la situation du pays. "Il faut réinventer le modèle démocratique français. Notre façon de faire de la politique, l'organisation des formations et les idées", affirme devant ses visiteurs l'ancien Président qui estime que les clivages actuels - entre la droite et la gauche, le souverainisme et le fédéralisme, le libéralisme et le conservatisme - n'ont plus lieu d'être, rapporte Le Figaro. 

Il cherche encore le thème de sa possible campagne

Pour autant, après "la valeur travail en 2007" et "les frontières en 2012", Nicolas Sarkozy cherche encore "le fil d'Ariane d'une prochaine campagne présidentielle", écrit le quotidien. Sarkozy serait réticent à effectuer à nouveau le tour des fédérations régionales qui l'avait conduit au pouvoir en 2007. 

À lire aussi
Jean-François Bohnert, procureur de la République financier justice
Affaire Sarkozy : "Les enquêteurs ne sont pas sortis des clous", assure le patron du PNF

Une position qui fait dire à l'un de ses proches : "Tu ne peux accepter d'être élu à un congrès par 100.000 militants et refuser de te faire élire à une primaire par plusieurs millions d'électeurs", rapporte Le Figaro.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy UMP Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants