2 min de lecture Les Républicains

Nicolas Sarkozy propose la création d'un "statut provisoire de réfugié de guerre"

REPLAY - Dans un entretien accordé au "Figaro", l'ancien chef de l'État s'exprime sur la crise des migrants et des réfugiés mais aussi sur le droit du sol qu'il souhaite adapter.

Pacaud 245x300 RTL Grand Soir Christophe Pacaud iTunes RSS
>
Nicolas Sarkozy propose la création d'un "statut provisoire de réfugié de guerre" Crédit Image : THOMAS SAMSON / AFP | Crédit Média : Dominique Tenza / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 3
Dominique Tenza et Julien Absalon

Après son apparition à La Baule, Nicolas Sarkozy poursuit sa rentrée. Dans une longue interview à paraître dans Le Figaro, jeudi 10 septembre, le président du parti Les Républicains s'exprime sur plusieurs sujets et livre des propositions pour gérer la crise migratoire actuelle. Des pistes de réflexion bien différentes de celles du gouvernement.

Dès le début de cet entretien, Nicolas Sarkozy s'affirme contre les quotas. "Fixer des quotas reviendrait à accepter chez nous des étrangers qui ne correspondent pas aux critères que nous avons fixés pour l'entrée sur notre territoire", explique-t-il. En clair, il s'agit de l'immigration choisie plutôt que l'immigration subie, ce qui n'est pas nouveau dans la bouche de l'ancien chef de l'État.

Des centres de rétention en Afrique du Nord

À la place des quotas, Nicolas Sarkozy propose la création d'un tout nouveau "statut provisoire de réfugié de guerre", qui n'existe pas aujourd'hui. Il serait différent du "réfugié politique", offrant un visa de dix ans, car il s'agirait d'accueillir provisoirement les réfugiés "qui ont donc vocation à rentrer chez eux une fois la paix rétablie".

Autre proposition pour réguler tous ces flux migratoires, déjà évoquée lors de l'université d'été de son parti : installer des "centres de rétention dans les pays périphériques à Schengen". Cela servirait alors à "instruire les demandes d'entrée en Europe au titre de statut de réfugié politique ou de réfugié de guerre". Pour justifier cette mesure, Nicolas Sarkozy explique que la traversée de la Méditerranée de ces personnes "expose l'Europe à des drames humains insupportables". Au passage, il répète vouloir une "nouvelle négociation des accords de Schengen". 

Une "adaptation" du droit du sol

À lire aussi
Nicolas Sarkozy le 16 décembre 2018 à Telavi, en Géorgie politique
Nicolas Sarkozy en visite au QG des Républicains pour la première fois en 3 ans

S'il est beaucoup question des migrants dans cette interview, la sécurité et le terrorisme font partie des sujets abordés. Le patron des Républicains soutient le "principe" de mener des frappes aériennes en Syriecomme récemment décidé par François Hollande. "On doit vaincre Daesh en quelques mois, si l'on s'en donne les moyens", clame-t-il même si, pour lui, "tout arrive bien trop tard". Il précise toutefois ne pas vouloir d'une intervention militaire au sol.

En outre, Nicolas Sarkozy, qui met en garde contre une "désintégration de la société française", se prononce en faveur d'une "adaptation" du droit du sol, qu'il ne souhaite donc pas supprimer contrairement à Marine Le Pen. De cette manière, chaque enfant né sur le territoire bénéficierait d'une "présomption de nationalité". Mais celle-ci pourrait lui être retirée, en cas d'"activités terroristes" ou d'"actes de délinquance" par exemple. 

Les propositions de l'ancien président de la République se veulent concrètes et immédiates. Il se positionne à l'opposé de François Hollande, qu'il accuse d'immobilisme, de mensonge et d'amateurisme tout au long de l'interview.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Nicolas Sarkozy Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants