1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nicolas Sarkozy : les raisons qui l'ont poussé à évincer Nadine Morano
1 min de lecture

Nicolas Sarkozy : les raisons qui l'ont poussé à évincer Nadine Morano

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Nadine Morano paye cher ses propos sur la France "pays de race blanche". Nicolas Sarkozy a saisi la Commission nationale d'investiture pour l'empêcher de se présenter comme tête de liste en Meurthe-et-Moselle aux élections régionales.

Nicolas Sarkozy à La Baule le 5 septembre 2015.
Nicolas Sarkozy à La Baule le 5 septembre 2015.
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Nicolas Sarkozy saisi la commission nationale d'investiture pour empêcher Nadine Morano d'être tête de liste pour les régionales
01:15
Dominique Tenza & Eléanor Douet

Jusqu'au bout, Nicolas Sarkozy aura essayé d'épargner Nadine Morano et de régler la situation en douceur. Par l'intermédiaire de Brice Hortefeux, il s'est chargé de téléphoné à la députée européenne Les Républicains. Hier soir, tout le monde pensait la situation réglée. Nadine Morano était censée s'excuser ce matin et revenir sur ses propos. Mais à la place, elle a réitéré ses paroles, à la radio et à la télévision. C'en était trop pour certains membres des Républicains. 

À l'instar de Philippe Richert, chef de file dans la région Grand Est, venu dans la matinée jusqu'au siège du parti pour réclamer sa tête. "Nous avons besoin d'avoir une équipe soudée qui soit claire sur sa valeur et son engagement. L'intérêt général passe avant l'intérêt particulier ", a-t-il expliqué. Après trois jours de silence, Nicolas Sarkozy cède à la pression et décapite sa ministre avec un communiqué sans équivoque où il explique avoir saisi la commission nationale d'investiture pour empêcher Nadine Morano d'être tête de liste aux élections régionales en Meurthe-et-Moselle. Plus tard, devant les médias, il effectue un rappel à l'ordre à peine masqué.

"J'aime la liberté. J'adore le débat. Mais je n'accepterais aucun dérapage. Parce que parfois, j'ai l'impression que certains dérapages sont dits plus par soucis de publicité personnelle qu'à une réflexion approfondie", a-t-il déclaré. C'est maintenant à la commission d'investiture qu'il revient d’entériner la sanction. Ce sera mercredi prochain

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/