4 min de lecture Gouvernement

Nicolas Hulot ou l'histoire d'une incompatibilité avec la politique

PORTRAIT - Il se bat contres les lobbies, parfois contre son camp, souvent contre lui-même. Pendant 15 mois, Nicolas Hulot a été un ministre tourmenté au sein du gouvernement d'Édouard Philippe.

>
Nicolas Hulot, l'histoire d'un ministre tourmenté Crédit Image : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP | Crédit Média : Isabelle Choquet | Durée : | Date :
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet avec Marie-Pierre Haddad et AFP

Entrer dans le système pour le guérir de l'intérieur ou s'y opposer férocement ? C'est le dilemme qui semble parcourir Nicolas Hulot. Le ministre de la Transition écologique a annoncé son départ du gouvernement, ce mardi 28 août. Il met fin à ce dilemme intérieur, ainsi qu'à un parcours ministériel, jonché de victoires amères mais surtout de défaites significatives.

"Je sais que seul je n'y arriverai pas. (...) j'ai un peu d'influence, je n'ai pas de pouvoir", a-t-il estimé, la gorge nouée. Nicolas Hulot a précisé qu'il n'avait prévenu en amont ni le président ni le premier ministre de cette décision, par crainte qu'ils ne le convainquent de rester au gouvernement.

Nommé en mai 2017, il s'était donné "un an" pour juger de son utilité au gouvernement. Reconnaissant certaines "déconvenues" et de "l'impatience", il est finalement resté 15 mois. 

À lire aussi
Benjamin Griveaux,  secrétaire d'État auprès du Premier Ministre et porte-parole du gouvernement ,le 5 septembre 2018 gouvernement
Une nouvelle stratégie de l'exécutif pour reconquérir les Français

Entre soif de vivre et inquiétude permanente

"Je crois qu'à moi tout seul, je suis un sujet de thèse pour un psy". Nicolas Hulot n'a que 15 ans lorsque son père, chercheur d'or au Venezuela, décède d'un cancer. Quatre ans plus tard, nouveau drame : son frère Gonzague, malade, se suicide aux barbituriques. C'est le soir de Noël. Nicolas et sa sœur trouvent le corps dans la cave familiale.

Mais ils ne disent rien à leur mère. Il ne faut pas gâcher la fête. Après le passage de la police, pour surmonter le traumatisme, Nicolas Hulot s'impose un traitement de choc : il retourne dans la cave, et rejoue tout le suicide de son frère. Jusqu'à s'enrouler dans le tapis qui emballait le corps.

Soigner la peur par la peur, prendre des risques... Cela deviendra une règle de vie, qui ne va pas sans paradoxe. Nicolas Hulot reconnaît une soif de vivre et en même temps une inquiétude permanente. Ses amis le surnomment le "commandant couche-tôt", pour son hygiène de vie irréprochable. Mais en fait il dort très mal. "Chaque nuit, je refais le procès de la veille, dit-il. L'impatience me caractérise".

L'échec à la primaire des Verts

Pas forcément compatible avec la politique... Nicolas Hulot a très mal vécu son échec à la primaire des Verts en 2011... Il est parti du jour au lendemain, il a déscolarisé ses deux fils pendant six mois, et vogue la galère. "Il a besoin d'être aimé, dit l'un de ses amis, aimé par tout le monde".

Mais il n'aime pas le conflit. Son idole, c'est Nelson Mandela. "Il voudrait être un saint", dit un proche, mais un saint encaisse en souriant, et lui, il a mal, mal à l'écologie, mal à la planète. Lui, l'autodidacte attend beaucoup des politiques. Il a longtemps murmuré à l'oreille des présidents. Surtout Jacques Chirac, qui tremblait pour lui en regardant Ushuaïa. Relation presque paternelle. Aujourd'hui, il est ministre d'État avec des états d'âme. La seule chose qui le détend, c'est sa dernière passion, le kite surf. Ou comment apprivoiser la tempête bretonne...

Un "inquiet jamais satisfait"

Aux avant-postes de la défense de l'environnement depuis près de 30 ans, Nicolas Hulot a été pendant quinze mois un ministre populaire, se défendant sans cesse d'être au bord de la démission d'un poste qui ne l'a jamais fait rêver

Celui que le président Emmanuel Macron a décrit comme "un inquiet" qui n'est "jamais satisfait" a sans cesse rejeté les rumeurs de démission et les accusations de renoncement, sur la sortie du nucléaire ou sur l'exploitation des hydrocarbures. Mais il semble bien qu'il y ait plus que pensé. 

L'ex-présentateur de l'émission Ushuaiä s'était pourtant précédemment amusé des commentaires récurrents sur ses premiers mois de ministre de la Transition écologique, assurant en janvier qu'avaler des couleuvres n'était pas dans ses "talents". 

Le "meilleur avocat de la cause"

Il reconnaissait des "déconvenues, de l'impatience et même parfois des éruptions de colère" quand les choses n'avançaient pas assez vite. "Je n'y crois plus", a-t-il finalement résumé mardi, assurant ne pas regretter "une seconde" d'avoir accepté le poste mais faire ainsi "un acte de sincérité". 

Juste après sa victoire sur Notre-Dame-des-Landes, il décrivait le "plaisir monstrueux" qu'il aurait à retourner dans l'ombre, assurant que ce poste serait son "ultime expérience publique". Mais malgré les déceptions, certains défenseurs de l'environnement continuaient à voir en lui le meilleur avocat de la cause qu'il défendait depuis des décennies notamment en ayant eu l'oreille des présidents Chirac, Sarkozy et Hollande

Mon plus grand trésor, c'est mon indépendance

Nicolas Hulot
Partager la citation

L'écologiste au caractère secret confiait "ne pas être fait pour la politique telle qu'elle se pratique aujourd'hui", "un monde où les violences et les tensions sont énormes". "Mon plus grand trésor, c'est mon indépendance", disait-il avant de dire oui à Emmanuel Macron. 

En janvier 2016, sollicité par François Hollande pour entrer au gouvernement, il avait décliné, faute d'assurances suffisantes sur l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes, la renégociation du traité de libre échange UE-Canada (Ceta) et une réforme de la fiscalité.  
Dans la perspective de la COP21, il avait été pendant trois ans son "envoyé spécial pour la planète", avec un bureau à l'Élysée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Nicolas Hulot Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794564480
Nicolas Hulot ou l'histoire d'une incompatibilité avec la politique
Nicolas Hulot ou l'histoire d'une incompatibilité avec la politique
PORTRAIT - Il se bat contres les lobbies, parfois contre son camp, souvent contre lui-même. Pendant 15 mois, Nicolas Hulot a été un ministre tourmenté au sein du gouvernement d'Édouard Philippe.
https://www.rtl.fr/actu/politique/nicolas-hulot-ou-l-histoire-d-une-incompatibilite-avec-la-politique-7794564480
2018-08-28 17:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/D8KrTpnk1rKmMvFUzT_0uw/330v220-2/online/image/2018/0828/7794564562_edouard-philippe-et-nicolas-hulot-le-17-janvier-2018.jpg